AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chambre de Della

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Chambre de Della   Mer 24 Juin 2009 - 20:24



Dernière édition par Della le Mer 12 Aoû 2009 - 9:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Mer 24 Juin 2009 - 20:29

Ce soir, installée à ma fenêtre, celle d'où on voit les vignobles, un écritoire sur les genoux, je laissai parler mon coeur, avec un peu de retenue, cependant.
Et les mots tentèrent de transmettre un message, à peine voilé.


Citation :
Cher Mig.

Voici un jour entier que vous a quitté Sémur et déjà, je ne peux résister à l'envie de laisser la plume caresser le vélin pour vous donner ces nouvelles que je vous ai promises.
Je dois vous avouer que cela me ravit de vous écrire. Bien moins que de vous voir, de vous écouter et de deviser avec vous. Mais bien plus que de rester dans un silence perdu et attentiste.

Avez-vous fait bonne route, avec votre armée ?
Comment est Dijon ? Aussi belle que Sémur ? Je crois me rappeler que cette ville est animée également.
Et vous ? Comment vous portez-vous ? Etes-vous bien installé au moins ? Votre mission en la capitale se passe-t-elle bien ? N'est-elle point trop dangereuse ?

Ce soir, je ne suis pas allée à la Sémuroise ni même aux Bons Amis. Non, je suis restée chez moi, à ma fenêtre, à repenser, j'ose vous le dire, à vous t à vous écrire.
Pensez donc, Colonel, comme vous fîtes impression pour que mes pensées soient habitées de votre souvenir, presque exclusivement !
Il me faut pourtant rester sage et attendre pour pouvoir à nouveau apprécier votre compagnie, écouter vos paroles, croiser votre regard...
Je crois qu'il y a quelque chose de définitivement changé en moi. C'est mon visage, resté illuminé depuis notre rencontre ! Puisse le Ciel me donner de ne jamais le voir s'éteindre.

Il se fait tard, bel ami, et il me faut à présent déposer la plume dans l'espoir que peut-être, un rêve vous ramène à moi.

Prenez soin de vous, Mig.
Que le Ciel vous garde.

Tendrement.
Della.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Ven 26 Juin 2009 - 10:22

[rp]Beaumont était en effervescence !
L e bruit avait couru comme une traînée de feu rongeant un champ d’été. Le vin tant espéré tenait ses promesses, il était grandiose.
Les gens de la mesnie étaient réjouis. C’était leur œuvre, à tous et ils avaient une belle raison de se réjouir.
Dans la cour intérieure de Beaumont, on avait dressé des tables autour desquelles, on prenait plaisir à partager pains, viandes, fruits et légumes.
Certains avaient apporté quelques instruments de musique et les enfants faisaient une farandole aux milieux des rires.

Pour ma part, j’étais aux anges !
Cette réussite, doublée de la rencontre avec sire Migisti, me transportait.

Il me fallait maintenant trouver des acheteurs. Et pas n’importe lesquels ! Pour tenir la promesse faite à mon frère, je me devais de faire connaître mon crû dans les meilleurs maisons de Bourgogne et au-delà.
Pour cela, je prévoyais un voyage à Dijon. Voyage qui serait également l’occasion de joindre l’agréable à l’utile.

J’avais déjà, bien entendu, une liste de personnes avec qui je voulais entrer en relation.


Alors que je quittai les réjouissances qui avaient lieu dans la cour du castel, saluant et félicitant mes gens, les assurant de ma reconnaissance, je montai à ma chambre. Là, assise à ma table d’écriture, je me mis à l’ouvrage, souriant aux paroles des chansons qu’entonnaient les gens de Beaumont, dans la cour.

Je pris un vélin neuf, ma plus belle plume et de l’encre de noix, de la meilleure qualité.
C’est que les destinataires de mes écrits valaient bien cela !

[rp]
Citation :
Princesse Armoria,
Votre Altesse,

C’est remplie d’humilité mais aussi d’espoir que je vous écris, ce jour.
Je sais votre amour pour la Bourgogne et je sais votre fierté à la faire connaître.
C’est pourquoi, bien que sachant vos terres riches de délicieux cépage donnant des vins délicats, j’ai l’audace de venir vous proposer le vin de Beaumont, castel familial de la famille de Volvent, famille bourguignonne depuis toujours. Puissiez-vous me pardonner cette audace.
Mes vignobles ont donné des fruits succulents t le vin produit en mes caves est un véritable délice qui ravira les connaisseurs.
Le Castel de Beaumont entre en matière par des notes poivrées puis des parfums de fruits rouges. Puissant, aux saveurs de fruits cuits, sans perdre un palais gouleyant, son corps ample et robuste enveloppe la bouche, les tanins sont là juste ce qu’il faut et sa finale est délicate.

Votre Altesse, permettez que je vous offre ces douze bouteilles qui accompagnent cette lettre afin que vous puissiez vous-même découvrir et faire découvrir le fruit de Beaumont.
Sachez que vous m’emplirez de joie en acceptant et surtout, en prenant plaisir à cette dégustation qui, je le souhaite, ravira vos papilles.

Grand merci, votre Altesse, pour votre attention.
Moult plaisirs lors de votre découverte.
Que le Ciel vous garde.

Au plaisir de recevoir votre critique.
Votre dévouée,
Della de Volvent.
[/rp]

Je lus et relus au moins cent fois ma lettre.
Je tremblais en imaginant la Princesse prenant connaissance de mon courrier et j'imaginais toutes les possibilités depuis la plus réjouissante où la Princesse prendrait plaisir à la dégustation jusqu'à la pire où elle ferait vider les précieuses bouteilles dans le caniveau !

Enfin, je trouvai le courage de sceller la missive et la faire porter, ainsi que la caisse de douze bouteilles, jusqu'à la demeure de la Princesse.

J'avais encore bien d'autres lettres à écrire...
[/rp]
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Dim 28 Juin 2009 - 18:19

Louis, le messager, n'était pas encore entré en la grande salle que je lui arrachai quasiment le vélin qu'il m'apportait de la capitale !
Sans un mot, sans un regard aux gens présents, je grimpai quatre à quatre les escaliers jusqu'à m'enfermer dans ma chambre, le précieux vélin serré contre moi.
Je tentai de me calmer et pris place sur mon coussiège préféré et là, avant que de faire sauter les sceaux de mon charmant Colonel Baron, je fermai les yeux, priant la Déesse d'excaucer mes voeux.
Là, enfin, je lus...

Citation :
Chère Della,


Souffrez que l'écho de votre épître en les abîmes de mon coeur résonne encore avec force ; mon âme s'en révèle toute chancelante ! Aussi fleure-je avec délectation cette fragrance florale que le vélin déroba au contact de votre preste main, laquelle se manifeste en des traits de plume déliés. Moi, j�exhale nuitamment mon passéisme en soupirs ardents, si ardents qu�ils apparaissent rubescents: seul le bourg Sémurois semble pouvoir offrir l�exaltation des esprits sous les flots intenses des propos galants et des anecdotes amusantes. Tout enchifrené, me voici spolié de ma sève intrinsèque telle une Âme chagrine dévoilant hélas des coutures insignes: une mine fanée, un teint blême et un regard atone, ou encore des lèvres quelque peu exsangues. Ah, implacables vicissitudes !

Ces mêmes dernières firent à, Messire Brillantin, sourire l�Infortune: alors qu�il regagnait le Berry, chevauchant son haridelle, un vil malandrin le désarçonna et l�allégea de son escarcelle. À mon regret, les sentes de la Capitale n�abritaient, elles, le moindre maraud ; celle-ci s�élève du paysage bourguignon sous le visage d�un creuset culturel comme d�un vaste carrefour commercial. Cependant, les m�urs y demeurent dépravées, dissolues ! Alors que je musais en les venelles, il naquît en moi l�irrépressible désir d�apaiser ma soif en une auberge accueillante mais sitôt le Cerbère me laissa pénétrer qu�une Tanagra ingénue ambitionnait de muer ma personne en l�époux d�un hymen impromptu: n�avions-nous point encore échangé les formules usuelles de présentation que, à l�encontre de toute bienséance et de toute effusion sentimentale, elle m�invitait à diverses privautés. Il ne s�agissait pourtant ni d�un lupanar ni d�une péripatéticienne�

Puissiez-vous m�adresser quelques autres réconforts salvateurs,
Amicalement,


Migisti.

Hum de hum, je dirais même plus humhum !
Si les premières lignes firent bondir mon coeur en dedans de ma poitrine, les suivantes me désappointèrent quelque peu.
Comment fallait-il comprendre cela ?
Qu'en était-il de ce que mon bel ami pensait de moi ?
Il me relatait une rencontre qui fit naître en moi un drôle de sentiment que je ne connaissais que trop bien et qui déjà m'avait arraché plus de larmes et de rage que je ne l'aurais voulu.
Bigre de bigre...j'étais assurément perdue et perplexe.
Je pensais avoir mis en mes mots quelques échos de ce que je ressentais en pensant au Baron. Mais étrangement, je ne trouvais pas ce même écho en ses propres phrases.
M'étais-je illusionnée ?
M'étais-je laissée aveugler par quelque joli baratineur ?
Non, je refusais de penser Migisti comme un vil charmeur, dompteur de mots.
Hum !
Il fallait que j'en ai le coeur net !
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Lun 29 Juin 2009 - 7:00

La nuit ne m'avait guère apporté de repos.
La sensation étrange de n'être qu'une cruche avait même bien failli m'étouffer !
A chaque fois que le sommeil semblait vouloir enfin m'emporter, les mêmes images s'imposaient. Je voyais et revoyais Migisti en galante compagnie. La jalousie me rongeait, la colère me serrait la gorge !

Que signifiait donc ses mots ?
Me faisais-je du tourment pour rien ou à bon escient ?
Devais-je emmuré vivant le sentiment que j'avais nourri à son encontre et me jeter à nouveau dans le travail et les affaires, pour ne plus penser ?
Je détestais cette impression et j'enrageais de ne pas savoir !

Au petit matin, les yeux cernés et le teint livide, je me traînai à nouveau à ma table.

Citation :
Très cher ami.

Recevoir votre missive me procura une grande joie.
J'aime à vous savoir arrivé à bonne destination, sans souci même si cela semble vous chagriner de ne pas avoir eu à battre quelque malfrat.

Sémur paraît bien vide depuis votre départ.
Je ne saurais trouver les mots pour exprimer le sentiment mais l'on pourrait croire qu'une raison de la ville s'est envolée avec vous, laissant là seulement quelques échos de votre présence.

Si j'en crois vos mots et votre récit édifiant concernant les moeurs de la dame à qui vous faites allusion, Dijon serait donc une capitale peu recommandable ?
J'ai frémis en vous lisant et je dois vous avouer que mon sang s'est glacé rendant mon inquiétude au delà du dicible.
Quel paradoxe entre votre délicatesse et cette rudesse à laquelle vous avez eu à faire. Comment peut-on penser en vous voyant que vous êtes ce genre de personne qui court le jupon et répond à la moindre agitation de dessous ?

Savez-vous que le creux de ma main qui fut le creuset d'un baiser que vous y déposâtes frémit encore de la douceur de votre geste. Fasse le ciel que ce frémissement ne s'efface qu'à la fin des temps...

Bel ami, il me faut vous quitter, à présent.
Puisse le Ciel vous garder.
Puisse le temps de vous revoir venir vite.

Votre amie,
Della de Volvent.

En scellant la missive, je jetai un coup d'oeil à mon sac, déjà prêt.
Devais-je envoyé ça alors que je serai demain à Dijon, prenant comme excuse de vouloir rencontrer le Duc ?
Un soupir et...oui, je l'enverrai !
Au diable toute forme de consternation, si je ne voulais pas mourir d'incertitude, il fallait que je le fasse !
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Lun 29 Juin 2009 - 16:44

Quand on tombe dans un coffret, la certitude fait place aux questions.

J'avais fini d'empaqueter mes affaires, le départ était prévu pour bientôt et je m'ennuyais.
J'étais seule. Jullius et les gens de Beaumont étaient aux vignes.
Je sortis de ma chambre et me mis à me promener dans le castel, passant d'une pièce à l'autre, sans véritable but.
Alors que je passais devant l'escalier du grenier, je me dis que je n'y avais plus remis les pieds depuis bien longtemps.
Il me revint des souvenirs...d'enfance, lorsque je me cachais dans ce même grenier pour échapper aux gronderies mille fois méritées.
Il n'en fallut pas plus. Je montai là-haut !
La porte grinça lorsque je l'ouvris et une superbe dentelle d'araignée s'étira entre le chambranle et la porte. On eût dit un château hanté.
Sur la pointe des pieds, peut-être par peur de réveiller des fantômes, j'avançai.
Il fallut que mes yeux s'habituent à la pénombre pour que je puisse distinguer ce qui constituait le fourbis poussiéreux du grenier.
Et j'avançai encore, avec grande prudence.
Ce grenier ressemblait à une caverne aux trésors !
Meubles divers, livres, caisses et autres coffres s'y disputaient l'espace ! Un vieux cadre brisé, sans doute une peinture d'un aïeul, semblait veillé sur le tout.
Curieuse ! Oui, je le savais bien que j'étais curieuse ! Rien de nouveau !

Toujours avec la même délicatesse prudente, je posai les mains sur les objets, traçant par endroit des traits dans la poussière blanchâtre.
J'ouvris une grande armoire, allez savoir pourquoi.
J'y trouvai du linge, mité et rongé par les souris. Rien de bien affolant.
Sauf que...en y regardant de plus près, je vis une boîte ou plutôt un coffret.
Je le sortis délicatement et vis dessus les armes des de Volvent.
Evidemment, je voulus l'ouvrir mais il était fermé à clé !
Je cherchai parmi les draps et les linges, si je ne trouvai pas une clé, la clé...Mais non !

Crénom, voilà que je tenais un coffre à trésor et que je ne pouvais pas l'ouvrir !
Ah, ça ne se passerait pas comme ça !
Du regard, je cherchai quelque chose, un objet, un levier pour ouvrir le coffret familial.
Je trouvai ! Un ancien tisonnier, ça devrait faire l'affaire !

Résolument, je m'assis sur le sol, coinçant le coffret entre mes jambes et tenant fermement le tisonnier, forçant sur la serrure, en levier.
Et craaaaaaaaaaaaaaaac ! Le trésor s'ouvrit !

Des lettres...c'était des lettres...des lettres de mon père, enfin, envoyées à mon père...
Mais que faisaient donc ces lettres dans ce coffret, caché au grenier ?
Je fouillai fébrilement parmi les lettres proprement pliées et rangées.
Le doute m'envahit. Avais-je le droit de lire ça ?
Bah, après tout, mon père était décédé depuis bien longtemps et Eldwin, mon frère, m'avait confié Beaumont...donc un peu aussi ce que Beaumont contenait. Ben oui, on se donne bonne conscience comme on peut quand on est curieuse !

Je tenais la première lettre, prête à l'ouvrir lorsque j'entendis Jullius m'appeler.

Dellaaaaaaa ! On est rentrééééé ! T'es oùùùùùù ?

Zut de zut ! Vite, je refermai le coffret, le mis sous mon bras et dévalai les escaliers jusqu'à ma chambre où je cachai à mon tour, le précieux objet avant de descendre à la cuisine où mon brave Jullius mangeait déjà un gros morceau de pain.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Lun 29 Juin 2009 - 20:36

Enfin, je pouvais retourner à mon trésor après avoir féliciter tout le monde pour le travail accompli.

Seule, dans ma chambre, la porte fermée, je m'installai à même le sol, comme pour me cacher, afin de découvrir le contenu des lettres de feu mon père.

Mais je n'étais pas au bout des surprises qu'apportent parfois un rien trop de curiosité.


Citation :
Cher ami,

Voici déjà de trop nombreux jours que vous êtes parti loin de moi. Chaque instant passé loin de vous me semble une punition que je ne mérite pas...blablabla...Revenez-moi vite !

Votre tendre Héliabel.

Hum, me disais-je après la lecture de la première lettre, sans doute de vieilles lettres datant d'avant maman.
Je m'empressai de lire une autre.


Citation :
Mon tendre Jules,

Que je suis heureuse d'apprendre que vous allez me revenir...blablabla...Mon coeur ne bat que pour vous.

Votre amoureuse éperdue, Héliabel.

Bigre ! Il avait du charme, mon paternel !
Je saisis une troisième lettre, au hasard.


Citation :
Tendre Jules,

Notre petit Loctavia vous ressemble de plus en plus ! Il sourit comme vous ! C'est un enfant charmant que vous m'avez donné, là.
Mais je suis triste de ne pas vous avoir, tous les deux, à mes côtés. Chambéry n'est pas si loin, pourtant. J'aimerais vous voir plus souvent, j'aimerais que notre enfant vous voit plus souvent. Savez-vous qu'il va sur ses deux ans, déjà ? Il commence à parler et je lui ai appris à dire père. Malheureusement, il ne sait pas à qui ce mot s'adresse.
Vous aviez promis d'être là au printemps, y serez-vous ? Serez-vous mon rayon de soleil printanier ? Et celui de votre fils ?

Je ne cesse de penser à vous, mon tendre ami, pensez à moi aussi, que nous soyons proches par nos esprits si nos corps ne peuvent l'être.

A très bientôt, je prie pour nous.

Héliabel.
Chambéry, février 1434.

Alors là ! J'en étais renversée ! Mon père avait eu un fils ! Oui bien sûr, il y avait Eldwin mais ce fils-là dont il était question, n'était pas Eldwin ! La lettre était datée de 1434...Donc pendant son mariage avec maman ! Et ce fils était né après Mélodie et...avant moi !
J'eus l'impression que le sol s'ouvrait sous mon séant, la tête me tourna soudain et je pâlis, fermant les yeux pour me rassurer.

Fébrilement, je lus encore quelques lettres et toutes, absolument toutes étaient du même acabit !
Il fallait que je me rende à l'évidence, mon père avait entretenu une liaison adultérine dont était né un enfant qui en théorie était...mon frère !
Mon frère ! Soudain, je pensai à Eldwin...ce brave curé...Ciel, comment allait-il réagir quand il apprendrait ça ? Oui mais, l'apprendrait-il ? Qui savait, à part moi ? Hum...peut-être ce fameux Loctavia. Comment savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Mer 1 Juil 2009 - 14:40

Dijon...Pourquoi ? Pour qui ?

Auberge de Dijon, ici ou ailleurs, qu'est-ce que ça change ? Les méchants sont partout en Bourgogne. Ils lèvent des révoltes et entrainent dans leur sillage de pauvres innocents.

Je me sentais démunie face à ce la vague qui déferlait et allait encore déferler sur nous.

Le côté positif était que mon Colonel était à Dijon.
C'était pour lui que j'étais là. Fallait pas aller chercher des explications foireuses, le vin n'était que prétexte et en plus, avec ces révoltes, je pouvais oublier toute vente potentielle !
La situation serait vite critique, à Beaumont aussi. Il fallait que je vende ce vin !

Mais bon, chaque chose en son temps.

J'avais emporté le fameux coffret avec moi, pour ce voyage.
J'avais lu et relu plusieurs fois chaque lettre et j'avais bien du admettre qu'on y trouvait des sentiments troublants.
J'y trouvais même une légère similitude avec les épîtres que le Baron et moi nous échangions actuellement.

Tout cela était très romantique mais il restait en suspend, ce fameux frère.
Curieuse, j'avais toujours été et je ne cessais d'imaginer un possible visage pour cet autre membre de la famille.
Oui, j'en étais arrivée à l'imaginer membre de la famille...Je devais être un peu trop sentimentale, ces jours-ci.

Il fallait que je fasse quelque chose. Mais quoi ?
Prévenir Eldwin me semblait un peu prématuré.
Le pauvre, il avait déjà du faire face au retour de la Renarde Noire, si en lus, je venais lui annoncer que notre famille comptait un bastard...c'était la crise assurée !
Je fis une grimace...quel laid mot que bastard !

Impossible de me rendre à Chambéry.
C'était un peu loin et je venais de m'enrôler dans la défense de Dijon, sous le regard protecteur du Colonel Baron.
Restaient la lettre et le messager.

Mais qu'est-ce que je savais de cet homme ? Pas grand chose sinon qu'il devait être né à Chambéry.
Y était-il encore ? Avait-il encore le même nom ?

Tout cela me taraudait !
Je fis envoyer un pigeon jusqu'à Beaumont, requérant la présence immédiate de Louis, mon fidèle messager !

Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Lun 13 Juil 2009 - 13:29

Citation :
Tout cela me taraudait !
Je fis envoyer un pigeon jusqu'à Beaumont, requérant la présence immédiate de Louis, mon fidèle messager
!

Louis n'arriva jamais. Il y avait bien trop de risques à se mettre en route, à ce moment-là et il resta à Beaumont. Il fit bien.

A Dijon, le calme était plat. Aussi plat qu'une de ces crêpes que l'on cuisinait les matins de fête.
Après avoir servi quelques jours sous les ordres du Colonel, après que je n'eus plus reçu de lui que des nouvelles militaires, après que j'eus dépensé jusqu'à mon avant dernier écu en hôtel et en pain, je me résolus à rentrer chez moi.
Dans le fond, je venais encore de prendre une bonne leçon : ne pas trop attendre d'autrui sous peine de déception.
Je quittai donc Dijon, un beau matin, croisant les doigts de ne pas me faire attaquer ni par les gentils, ni par les méchants ! Ils étaient aussi dangereux les uns que les autres, au final !
Oui, j'en revenais de mes belles théories sur les méchants et les gentils. Ca aussi, c'était un nouvel apprentissage !
Bref, ce court séjour, en capitale m'avait fait grandir un peu, encore. Peut-être m'avait-il aigrie aussi...qui sait ?

Je retrouvai Beaumont avec joie, bonheur intense de serrer Jullius dans mes bras !
Décidément, c'était mon unique havre, ce castel.

Quelques jours plus tard, je me repris à penser aux courriers trouvés au fond du grenier. J'avais mis ce problème de côté mais je devais éclaircir ça.

Il me serait difficile de retrouver ce frère mais j'avais envie de savoir, de le connaître, peut-être.

Et une fois de plus, je m'installai à ma table d'écriture.


Citation :
Messire Loctavia.

Bien le bonjour !

Pardonnez mon audace, nous ne nous connaissons pas, et il peut paraître cavalier de ma part, de vous écrire.
Pourtant, sachez que ceci n'a rien d'indécent ou de déplacé. Juste que j'aimerais vous entretenir d'une chose que je viens d'apprendre, par courriers anciens retrouvés.
Je suis Della de Volvent, fille cadette de la famille de Volvent, Bourguignonne par ses racines ancestrales.
Je vis à Beaumont, Castel de ma famille.
Il y a peu de temps, j'ai retrouvé, à Beaumont même, un coffret contenant nombre de courriers signés d'une certaine dame Héliabel, de Chambéry et datés d'il y a 23 années. Ces courriers étaient adressés à feu mon père, Jules de Volvent.
Bien que je respecte mon père et que je ne jugerai jamais ses actions, il me semble avoir pu comprendre que cette dame Héliabel aurait eu un fils, nommé Loctavia et qui serait le fils de mon père, dès lors, mon frère.
Donnez-moi de vous poser une question : êtes-vous ce Loctavia, mon frère ?

Soyez assuré, messire, que ma démarche n'a d'autre but que d'être moi-même assurée ou rassurée, pour ce qui est de ce que j'imagine.
Je vous promets la plus grande discrétion sur cette affaire et vous jure que nul, à part moi, n'est au courant ni de ma découverte ni de ma démarche envers vous.

J'ose espérer réponse, positive ou négative, mais réponse qui puisse m'apaiser.

Croyez, messire, en mon plus grand respect.

Della de Volvent.

Courrier serait confié à un cavalier qui couvrirait la distance en quelques jours, pourvu que le ciel veille sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Ven 21 Aoû 2009 - 22:44

Instant de vérité ou comment une goutte décide d'un avenir.

Je fis le chemin jusqu'à ma chambre, entraînant Oderay avec moi, mais sans un mot.
J'avais besoin de ravaler la colère qui menaçait d'éclater vis à vis de mon frère.
Or, ce n'était ni le lieu ni le moment d'être en colère.
Ode m'était confiée et je voulais qu'elle se sente en sécurité ici, à Beaumont.

Lorsque nous fûmes entrées, je fermai la porte et fis glisser le verrou avant de me tourner vers mon amie.

Je suis désolée de l'attitude d'Eldwin. Pardonne-lui.

J'invitai Ode à s'installer sur le bord de mon lit.
Tant qu'à faire, autant que je vois au plus vite, cette tache de naissance même si au fond de moi, je savais déjà que mon amie était ma cousine.

Si...si tu veux bien que je...vois cette tache...
J'étais mal à l'aise, un peu. Toujours cette inquiétude, cette peur de mal faire ou de mal dire, de blesser sans le vouloir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Oderay

avatar

Nombre de messages : 198

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Sam 22 Aoû 2009 - 8:58

J'avais suivis Della sans broncher...quittant le froid et la tension palpable du Bureau de son frère.
Comme ils étaient différent tout deux! Autant Della me faisais penser à un Rayon de soleil que Eldwin...Brr Un frisson me parcouru rapidement la colonne dorsale.

J'avais bien sentie que j'avais encore fais une gaffe, pourtant je n'avais fais que ce qu'il m'avait demandé c'est à dire répondre à sa question...à la réaction de Della et au regard que celui me lança peut être pas de la bonne manière...

Tout en la suivant en silence, je me demandais de plus en plus si j'avais ma place ici, l'étiquette et les manières ampoulées n'avaient jamais fait partie de ma vie!

Della m'installa sur le lit et s'excusa pour son frère. Je la regardais puis baissait les yeux et d'une petite voix :

Non, excuses moi, c'est moi qui ne fais pas ce qu'il faut...je te fais honte et j'en suis navrée...


Puis devant sa demande pour voir la tache, je relevais ma robe pour qu'elle puisse vérifiée..

La tache était bien là, bien visible....
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Sam 22 Aoû 2009 - 15:09

J'avais parfois envie de maudire Eldwin, même si je ne le faisais jamais, je l'aimais trop pour ça.
Quand je vis dans quel état il avait mis Ode, je soupirai profondément, de lassitude et d'énervement.
Je la rassurai aussitôt.

Non ! Non non non ! Tu ne me fais absolument pas honte ! Je ne veux pas que tu dises ça ! Tu agis comme tu en as envie et jamais, je ne t'en voudrai pour ça.
Non, si quelqu'un doit avoir honte, ce serait plutôt Eldwin...Grumph...Prêtre et si peu tolérant et ouvert...Comment est-ce possible, ça ? Je ne comprendrai jamais sa façon d'être.


Il n'y avait pas à douter, la tache de naissance que portait Ode était exactement comme Eldwin l'avait dit !
J'étais aux anges et je ne pus m'empêcher de prendre Ode contre moi.

Bienvenue dans ta famille, Oderay ! Officiellement donc ma cousine !
Je ris, de bonheur, libérée d'un éventuel doute.
Qu'en dis-tu ? Es-tu contente de retrouver les tiens ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Oderay

avatar

Nombre de messages : 198

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Dim 23 Aoû 2009 - 21:37

Je fus rassuré par la Réponse de Della quelque peu, j'avais de l'affection pour elle, et la décevoir m'aurais peiné au plus haut point...Je sentais bien malgré tout qu'il faudrait revoir quelques une de mes attitudes si je voulais quand même passer inaperçue...

La tache correspondait et je ris dans les bras de Della...Une cousine!! C'était doc vrai, j'étais de sa famille, nous étions liés par quelque chose de fort et cela me réjouissais fortement!

Toute fois passé l'émotion, je regardais mes pieds..Allais y arriver?

Dis Della, tu m'apprendras à bien comporter?
lui demandais je en triturant ma manche
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Mar 25 Aoû 2009 - 12:18

L'attitude de Ode me fit sourire. Pas de moquerie, non. Mais je fus touchée par la façon dont elle me demandait si je l'aiderais.
Hum, je ne suis pas certaine d'être LE bon modèle...Je ris en pensant à tous les regards en biais de mon frère. Mais oui, je serais là, tu peux compter sur moi.
Mais ne change pas trop quand même.


J'allais mettre Eldwin au courant pour la tache. Il lui revenait de modifier les livres de la famille au besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Sam 12 Sep 2009 - 16:36

La lettre de Loctavia traînait depuis quelques jours, sur ma table de travail.
Eldwin m'avait chargée de correspondre avec lui. C'était compréhensible. Il devait accepter la situation et concevoir que notre père avait "fauté".
Je repris la lettre et la relut, une fois encore...

Citation :
Chère Dame Della De Volvent,

Comment pourrait-on trouver audacieux et cavalier que vous preniez la peine et le temps de m'écrire lorsque l'on connaît votre condition et ce qui l'éloigne de la mienne... C'est un double honneur que vous me faîtes, d'une part en m'accordant votre attention, d'autre part en me révélant des vérités que j'ignorais et qui ne peuvent que me réjouir.
Permettez-moi de vous expliquer ma situation après que les personnes m'ayant élevé m'ont éclairé à ce sujet. Et veuillez accepter toutes mes excuses pour les peines que je pourrais vous infliger concernant feu votre père.
Dame Heliabel, la jeune femme dont vous avez retrouvé les lettres, s'est trouvée être la maîtresse de votre père il y a de cela 24 années. C'était une paysanne de Chambéry, une jeune fille plutôt simple qui aura attiré l'attention de votre père pas sa candeur et sa joie de vivre qu'on disait fort appréciées. Leur liaison, bien que plutôt brève, suffit à mettre cette demoiselle enceinte, et quelques mois plus tard, je naquit, fruit d'une union qui n'aurait jamais dû être mais que l'on ne pouvait plus ignorer. Votre père, durant tout ce temps, fut grandement bon pour ma mère. Il fit en sorte que sa maternité ne lui cause aucun tort, et s'engagea à prendre soin de mon cas, de manière indirecte certes mais fortement engagée.
Ainsi me plaça-t-il, en accord avec ma mère, auprès d'Hector et Valentine, deux paysans de sa connaissance qui désespéraient de n'avoir point d'enfant, et dont l'âge avancé laissait peu d'espoir à ce sujet. Il prit la peine de leur expliquer sa situation, ne leur cachant rien et faisant preuve d'une grande honnêteté. C'est ainsi que j'ai grandi, ignorant mes origines, au sein d'une famille que je croyais mienne et que je ne saurais renier aujourd'hui.
Voilà donc la médiocre réalité de ma destinée : suivant le chemin de mes parents adoptifs, je ne suis moi-même qu'un simple paysan. Conscient du trouble et du déshonneur que peut causer mon existence auprès des vôtres, je ne saurais vous demander de m'accorder plus d'attention. Sachez tout de même que j'aurais grand plaisir à correspondre encore avec vous, et à connaître les enfants de celui que je n'ose considérer comme mon père sans risquer de vous blesser, mais pour qui j'ai une très grande estime.

Dans l'attente de votre éventuelle réponse, veuillez donc recevoir, chère Dame Della, l'assurance de mon plus grand respect.

Messire Loctavia

Je n'aurais su expliquer pourquoi mais je sentais que cet homme était sincère et honnête, qu'il avait un sens de l'honneur...qu'il était des nôtres, de notre famille, assurément.
Ses mots étaient pleins d'humilité mais se faisaient écho de son propre étonnement après ma première lettre. Lui non plus ne savait pas qu'il avait une famille, ailleurs.
J'avais envie qu'il le sache, qu'il nous connaisse, par missive interposée jusqu'au jour où, peut-être, j'aurais la joie de le rencontrer.
Ma sensibilité à fleur de peau me dictait de répondre, comme une soeur.


Le soir, avant de me coucher, je pris la plume et laissai venir les mots, plus fraternels, cette fois.

Citation :
Loctavia,

Bien le bonjour à vous.

Merci de votre lettre. Elle m'a fait plaisir et en même temps est venue confirmé ce que j'avais compris, déjà.
Je vous rassure, à moi, vous ne faites aucune peine concernant mon père. Les liens que mes parents entretenaient avec moi étaient tenus et dès lors, je ne peux vous en vouloir, à vous, le fruit de l'amour de mon père pour votre mère.

J'ai mis mon frère Eldwin de Volvent, l'aîné de notre famille, au courant de votre existence.
Il en a été bouleversé, je le comprends.
Pourtant, il m'a autorisée à vous écrire, à nouveau. Ce qui, selon moi, indique qu'il vous considère lui aussi, un peu de la famille.
Si je dis lui aussi, c'est que pour moi, vous êtes du même sang que le mien.

Je me permets de vous parler un peu de cette famille de Renart, belle et quelque peu remuante.
Nous étions sept enfants. Nous demeurons, aujourd'hui, quatre. Je suis la plus jeune, la seule fille en vie.
Eldwin est, comme déjà précisé, l'aîné. Il a deux enfants, magnifiques et adorables. Il est prêtre ayant choisi cette voie après son veuvage.
Thomas et Godefroid viennent ensuite. Thomas est prêtre également.
Pour ma part, je dirige le domaine viticole de Beaumont, castel de notre famille.
Notre famille, d'ancienne souche bourguignonne, compte aussi de nombreux autres membres, neveux, nièces, cousins et cousines.
Et puis, vous...notre frère.

J'ose croire que vous considérer comme mon frère ne vous contrarie pas.
Dans ce cas, je m'excuserais sans souci.

Je ne veux pas vous vexer ni vous blesser, comprenez-le bien.
J'aimerais seulement pouvoir me dire que l'un de mes frères vit quelque part près de Chambéry avec, peut-être, un jour, l'occasion de lui rendre visite ou de l'accueillir, ici, à Beaumont.


J'achève ici cette lettre, espérant qu'elle vous trouve en grande forme.

Soyez assuré de mon amitié fraternelle.

Della de Volvent.

La lettre serait confiée à un bon messager et arriverait à bon port.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Lun 21 Sep 2009 - 8:12

Envoyé IG à Naoned.

**Dimanche matin, sortie de la messe**

Les paroles du diacre résonnent encore dans ma tête, revenant sans cesse, éroder ma certitude, mettant le doute à nu.


**Dimanche, après-midi**

Je ne pouvais pas faire autrement que de me confier à Eldwin. Il avait bien vu mon regard las et mes traits tirés par la nuit passée à ressasser mille et unes pensées.
Il est resté très calme, c'est encore pire lorsqu'il reste calme. Sa colère est encore plus vive, plus profonde.
Je m'attendais aux paroles qu'il a prononcées : --Je t'interdis de le revoir !--
La description qu'il avait faite du breton n'était guère réjouissante.
L'honneur de la famille était en jeu, je ne pouvais pas l'ignorer non plus.


*Dimanche, en soirée**

C'est drôle comme les évènements se mettent tout seul en route. Une conversation, anodine au départ qui dévie et voilà qu'une phrase devient assassine : --Ils étaient vraiment très proches, à Nervers, pas étonnant qu'elle soit enceinte.--

Et voilà...alors que je viens de replier sa lettre pour la fourrer au fond de mon sac, ma décision est prise, cette fois, irréfutable.


**Lundi, matin gris, nuit blanche**

J'écris...

-----------------------------------------------------------
    Cher Naoned,

    J'ai passé la nuit à prier, invoquer la bienveillance du Très Haut, sur vous, sur moi, sur vos enfants.
    Je vais, aujourd'hui, jeûner et prier encore, pour invoquer un pardon qui je l'espère, sera obtenu.

    C'est le coeur désormais en morceaux que je vous écris, pour la dernière fois.
    Je dois mettre fin à cette drôle de relation entre vous et moi. C'est irréversible, cette fois.

    Ne me demandez pas d'explications, je ne saurais et ne peux vous en donner. C'est ainsi.

    Il me reste à vous dire au revoir.

    Qu'Aristote vous bénisse.

    Della de Volvent.


-------------------------------------------------------

La lettre est envoyée, la page se tourne.
J'entre au service de ma Duchesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Godefroy

avatar

Nombre de messages : 202
Duché/Comté : Bourgogne
Charge principale : Ex Amiral de Bourgogne
Titre(s) : Déchu

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Mar 3 Nov 2009 - 22:14

Godefroy s'approcha de la porte de l'antre de la renarde noire, sa sœur Della. Il avait besoin de lui parler de tout urgence, il était confronté à une situation à laquelle il ne s'attendait pas il y a encore quelques mois... Qu'aurait dis son frère si il avait encore était de ce monde ? Il n'en savait rien et ne voulait pas savoir. Il voulait parler à Della.

C'est l'esprit perdu dans ses pensées qu'il s'arrêta enfin devant la porte. Il frappa deux fois afin de prévenir de sa présence devant la porte.


Della, c'est Godefroy. Est ce que je peu te parler s'il te plait ?
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Mer 4 Nov 2009 - 17:51

Le Cardinal Ecaterina, c'est fait !
Ingeburge, c'est fait !

Ellesya_arduilet...à faire...quelle plaie !
En envoyant ce courrier, j'allais replonger la famille dans la roture...Mais il faudrait bien le faire.
Loctavia...bah, il faudrait aussi lui écrire.

Mais le courage me manque. Toujours réécrire les mêmes mots : Eldwin de Volvent est décédé.
Je n'arrivais pas à m'y faire. Pour moi, Eldwin était toujours là, à veiller sur nous, à tout diriger, son regard froid posé sur nos actes.

J'étais debout devant la fenêtre de ma chambre, le regard perdu sur un point invisible lorsque mon frère demanda à entrer.
Oui, bien sûr...entre, Godefroy.

Je me retournai, me forçant à sourire au dernier de mes frères.
Je t'écoute...assieds-toi aussi.

D'un geste, j'invitai Godefroy à s'installer dans un fauteuil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Godefroy

avatar

Nombre de messages : 202
Duché/Comté : Bourgogne
Charge principale : Ex Amiral de Bourgogne
Titre(s) : Déchu

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Ven 6 Nov 2009 - 21:15

Godefroy entra pour la première fois dans la chambre de sa sœur, il ne put s'empêcher de l'analyser rapidement du regards. Il était déçu, il se serrait imaginé une chambre remplie de livres sur les vignes, de dessins "anatomiques" du raisin, du vin et de la vigne, mais que nenni.

A l'invitation de sa sœur il s'assit dans un fauteuil, et se retint de lui conseiller de faire de même.
Il réfléchit longuement à comment introduire la chose... Mais il n'y avait pas de solution, il lui fallait donc improviser.

Il fixa sa sœur dans les yeux, prit une grande inspiration et décida de parler franchement.

Della, j'ai une fille. Elle répond au nom de Niria.

Il baissa la tête et attendit la réprimande légitime de sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Ven 6 Nov 2009 - 23:23

Il me serait bien difficile de dire à quel moment mon esprit choisit l'éclat de rire...peut-être une façon de se défendre ?
Toujours est-il qu'aux paroles, ridicules, de Godefroy, je répondis par un grand rire digne d'une enfant ou d'une folle dangereuse. Un rire à la place des larmes encore et encore.

Je ris et je ris...ce rire me parut d'une longueur effrayante. Je m'étais retournée pour ne plus voir Godefroy, juste les vignes, mes vignes. Alors le rire se calma et une petite voix dans ma tête répéta les mots de Godefroy.

Sans lui faire face à nouveau, je lâchai quelques paroles.

Quand je mourrai, je veux qu'on m'enterre là...juste là, au milieu des vignes.

Enfin, reprenant contenance, soupirant pour ne pas hurler, je me retournai, observai Godefroy comme si je le voyais pour la première fois.

Qu'aurait fait Eldwin ? Qu'aurait-il dit ? Ô comme j'avais besoin de lui ! Pourquoi m'avait-il abandonnée ?

Qu'as-tu fait, Godefroy ? Qui est sa mère ?

Je caressai un dernier espoir...si au moins la mère était quelqu'un de bien, de noble, peut-être...Machinalement, je marchai jusqu'à une tablette sur laquelle étaient posés le Livre des Vertus et un chapelet. Je saisis celui-ci et me mis à l'égrainer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Godefroy

avatar

Nombre de messages : 202
Duché/Comté : Bourgogne
Charge principale : Ex Amiral de Bourgogne
Titre(s) : Déchu

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Sam 7 Nov 2009 - 18:44

Della se mit à rire, un rire nerveux qui voulais dire bien plus que si elle avait réagi de tout autre manière. Godefroy se sentit honteux, plus que jamais. Lui qui était maintenant son seul frère vivant, je lui infligeait la honte d’être la tante d’une bâtarde.

Il ne pouvais voir son visage, et quelque chose en lui, lui disait qu’il n’aurait pas pu affronter le regard de sa petite sœur.


Quand je mourrai, je veux qu'on m'enterre là...juste là, au milieu des vignes.

En d’autre circonstance il se serait sûrement levé pour mettre une claque à sa sœur. Pourquoi devait elle parler de sa mort, alors même que leurs deux frères venait de décéder ? Mais aujourd’hui ce n’était pas elle qu’il fallait blâmer, mais bien lui.

Lorsqu’elle se retourna et le scruta comme un étranger, Godefroy se sentit mal, très mal. Quelque chose dans le regard de sa sœur le mettez mal à l’aise, mais il n’aurait su dire quoi.

Enfin elle pose la question fatidique. Qui était la mère…Il regarda furtivement par la fenêtre et se décida à répondre.


La mère est Lison de Franchimont, plus connu sous le nom de lili.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Sam 7 Nov 2009 - 19:45

[edit godefroy en mode boulet , j'ai édité au lieu de citer, Della tu peux reposter où j'ai vraiment fait une grosse bétise ? ]

[Euh...je n'enregistre jamais...donc, en gros, Della se rend compte qu'elle-même change, qu'elle prend doucement la même façon de réagir que Eldwin, peut-être parce qu'elle se sent investie d'une trop lourde charge, celle de faire vivre la famille, de lui garder noblesse et honneur. Elle va jusqu'à remettre en question les sentiments qu'elle a pour un "Breton blond", se rendant compte avec effroi qu'elle pourrait même sacrifier ça. Il y avait aussi une vague allusion à des études dans un Séminaire.]

_________________


Dernière édition par Della le Dim 8 Nov 2009 - 10:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Godefroy

avatar

Nombre de messages : 202
Duché/Comté : Bourgogne
Charge principale : Ex Amiral de Bourgogne
Titre(s) : Déchu

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Sam 7 Nov 2009 - 20:30


Qu'en est-il de la Vicomtesse de la Fere ? N'avais-tu pas quelques projets avec elle ?
S'ils sont toujours d'actualité, alors, tâche de les concrétiser.
Envoie une bourse de 100 écus à la mère de l'enfant et...prie pour le pardon de tes péchés.

Sinon, épouse cette Lili...en toute discrétion, évidemment.


Godefroy ne reconnaissait plus ma sœur, n'était elle pas celle qui il y a peu encore s'était jetée dans ses bras faisant fi des convenances, et la voilà qui maintenant y prenait garde.

Si il y a bien une choses qu'il n'aimait pas c'est que les gens changent. Et aujourd'hui sa sœur changé, elle perdait cette personnalité fraiche, et pleine de vie qui faisait qu'elle était elle. Ce changement affectait plus Godefroy qu'il voulait bien le laisser transparaitre, mais il se devait de préciser une chose.


Della, j'ai bien sur encore des projets avec Constance, je l'aime sincèrement. La conception de cet enfant, que je te présenterai bientôt est antérieur à mon retour au sein des Renarts.

Quant à la bourse, je pense qu'elle sera inutile. Lison étant membre d'une famille de noble ce n'est pas l'argent qui l'achètera. Je propose donc que nous recevions mère et enfant, afin que je te les présente. Car quoi que tu dises, et même si cet enfant est une honte pour nous tous, elle reste ma fille, donc par la même une De Volvent.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Dim 8 Nov 2009 - 15:21

Je triturais nerveusement le chapelet entre mes doigts. Je me sentais incapable de gérer cette situation et pourtant, je n'avais pas le choix.
Je me mis à revivre la scène de l'annonce de l'existence de Loctavia à Eldwin. Je le revis, ses yeux qui se posèrent sur moi, terrible regard qui m'avait presque pétrifiée mais j'avais tenu bon, implorant sa clémence et demandant le pardon pour la faute de notre père.
Et Thomas...lui aussi nous laissait un enfant. Et je n'avais pas encore annoncer la nouvelle aux Renart et maintenant, Godefroy qui y allait de sa demande...Mais qu'avaient donc tous les hommes de cette famille à ne pas pouvoir garder leur semence pour de vrais héritiers ? Seul Eldwin, encore lui, avait fait montre de raison. Pourquoi était-il parti ?
Tiraillée entre la colère, la peine et l'impuissance, je me retrouvais là, à massacrer un chapelet pour toute réponse à Godefroy.
Une autre pensée me traversa. Si cette femme était de famille noble, comment ses parents avaient-ils pu accepter qu'elle porte un bâtard ? Ces gens ne devaient pas être aristotéliciens et donc peu fréquentables.

Un moment qui me parut long, passa avant que je ne regagne mon fauteuil et que je ne réponde à Godefroy d'une voix que je voulais ferme.

Godefroy, il est hors de question que cette femme et son enfant se présentent ici comme étant ta fille et...ta compagne. Nous avons suffisamment de problèmes comme ça sans encore en apporter d'autres. Si tu souhaites que ces personnes viennent à Beaumont, elles y viendront en tant que...des connaissances à toi. Et il est hors de question que l'enfant porte ton nom en dehors d'une union consacrée.

Et dis-moi, la famille de cette femme n'a rien dit de cette naissance ? Ca me paraît étonnant...doivent pas avoir une Della chez eux...
Ces paroles m'arrachèrent un sourire, sourire demi cynique.

Ah et tant qu'on y est...Je posai les yeux sur le malheureux chapelet d'ivoire...Thomas a un fils...un dénommé Thierry Honoré...

Cette famille va devenir un véritable orphelinat !

Je quittai le fauteuil et me dirigeai à nouveau vers ma fenêtre, prenant la même attitude qu'Eldwin lorsqu'il était contrarié, le regard fuyant sur l'horizon, les mains derrière le dos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Godefroy

avatar

Nombre de messages : 202
Duché/Comté : Bourgogne
Charge principale : Ex Amiral de Bourgogne
Titre(s) : Déchu

MessageSujet: Re: Chambre de Della   Sam 28 Nov 2009 - 15:47

Godefroy resta longtemps pensif, qu'était devenu sa sœur ? Tentait elle de remplacer Eldwin ? Comprenait elle que tout son charme était sa spontanéité, celle là même qui l'avait fait se jeter dans ses bras au retour de Godefroy. Godefroy regarda sa sœur torturant une pauvre chapelet d'ivoire. Sa confidence l'importunait elle tant que ça ?

Godefroy, il est hors de question que cette femme et son enfant se présentent ici comme étant ta fille et...ta compagne. Nous avons suffisamment de problèmes comme ça sans encore en apporter d'autres. Si tu souhaites que ces personnes viennent à Beaumont, elles y viendront en tant que...des connaissances à toi. Et il est hors de question que l'enfant porte ton nom en dehors d'une union consacrée.

Et dis-moi, la famille de cette femme n'a rien dit de cette naissance ? Ca me paraît étonnant...doivent pas avoir une Della chez eux...


Devait il tout dire à sa sœur ? Non il lui dirait seulement la moitié.

Tout d'abord sache que cette fille est ma fille, et que par la même elle portera mon nom que tu le veuilles ou non. Il est hors de question que je blesse plus sa mère, j'ai déjà fait assez de mal. Quant à la famille de Lison, je dirais qu'ils sont Sudistes et donc étranges.

Mais une autre chose me chagrine Della. Je cherche ma sœur, où est donc ma chère petite blonde spontanée qui faisait fi des apparences, n'écoutant que son cœur. Aujourd'hui tu te comportes en ce que tu n'es pas. Tu ne pourras jamais remplacer Eldwin, sa disparition nous a tous emplie de tristesse mais nous devons faire face, sans tenter de le remplacer. Della si j'ai voulu me confier à toi c'était parceque que j'avais, et j'ai bien dis avais, confiance en toi, aujourd'hui cette confiance s'effrite.


Il regarda sa soeur espérant ne pas l'avoir blesser inutilement.


Thomas a un fils...un dénommé Thierry Honoré...

Cette famille va devenir un véritable orphelinat !



Il enregistra l'information mais ne réagit pas plus que ça, préférant fixer sa soeur sans ciller. Un des regards dont il avait le secrets, ceux qui indiquer un mécontentement ou une réprobation et à la fois beaucoup de compassion, héritage de l'Artois et de feue Niria de Ponthieu
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre de Della   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre de Della
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie de Seignelay :: Fief de Beaumont :: Château - Demeure Familiale :: Appartements Privés :: Della-
Sauter vers: