AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Salon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Godefroy

avatar

Nombre de messages : 202
Duché/Comté : Bourgogne
Charge principale : Ex Amiral de Bourgogne
Titre(s) : Déchu

MessageSujet: Re: Salon   Lun 12 Oct 2009 - 19:55

Godefroy trouva que le valet avait était particulièrement rapide pour trouver Nabel, surement celle ci avait elle détecté l'arrivée de son frère et c'était tenu proche du salon afin de savoir ce qu'il allait se dire. Il leva ses yeux aux ciel, qu'était il censé faire ? Eldwin aurait su lui, mais voilà Eldwin était entrain d'agoniser dans sa chambre alors que la famille, se réjouissait du retour d'un nouveau Renart. A cette pensée Godefroy avait une seule envie, partir prendre garde de son frère.
Enfin, il décida qu'il n'était point le moment d'importuner Nabel avec des questions de courtoisie. Il savait quel plaisir cela procurait de revoir ses parents.

Lorsque celle-ci entra dans le salon Godefroy, tout comme Della surpris le regard qu'elle porta à cette dernière. Etait elle si anxieuse de revoir son frère. Il ne connaissait pas les détails de la relation entre ces deux là, s'étant tenu longtemps à l'écart de la famille.


Entre ma chère nièce. Comment vas tu ?

Il lui sourit pour essayer de la rassurer.

Je suppose que tu sais pourquoi tu es là...Et que je n'ai pas à te présenter le nouveau revenu à Beaumont...
Enfin toujours est il qu'il a souhaité s'entretenir avec toi, je ne pouvais lui refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 30
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Re: Salon   Lun 12 Oct 2009 - 21:15

Nabel devait se tenir avec courtoisie, elle n'avait d'autre choix. Pourtant elle avait envie de crier, elle avait envie de se jeter sur Orantes et de lui dire tout le mal qu'il lui avait fait, à elle, enfant. Tout ce mal, qui même en grandissant, ne c'était pas atténué. La blondinette y avait cru, de tout son cœur, elle avait essayé d'oublier, de l'oublier, mais le dicton "loin des yeux , loin du cœur" est tout sauf vrai. Elle n'avait cessé de penser à lui, et avait éprouvé tant de sentiments à son égard.
Mais aujourd'hui il était là, devant elle, et malgré toute la volonté, la jeune fille posa ses yeux sur lui. Il était hors de question que Nabel flanche, ah ça non, elle c'était donné tant de mal pour survivre à cet abandon, il ne gâcherait pas tout, pas sur simple visite.

Comme pour se protéger, elle détourna son regard. Moment de lâcheté surement, mais instant si cruel à son cœur. Pourquoi ? pourqupi personne ne venait à son aide. Cela ne se voyait pas dans ses yeux ?
Résigné à toute chance d'échapper au destin qui lui présenter le Très Haut, Nabel espéra tout de même que son oncle, son cher oncle, Th ferait une apparition. Mais il ne fallait pas y compter, le vicaire avait surement mieux à faire.


Bonjour mon Oncle, je vais bien et je vos remercie de le demander, j'espère que vous ainsi que ma Tante allez bien aussi.
Je sais pourquoi je suis là, je ne sais malheureusement ce que l'on attends de moi.


A ces mots, la blondinette avait baisser les yeux. Ce n'était surement pas le réponse que chaque personne attendait, mais la jeune fille était complètement désemparée.
Revenir en haut Aller en bas
Orantes

avatar

Nombre de messages : 123
Duché/Comté : Touraine

MessageSujet: Re: Salon   Mar 13 Oct 2009 - 20:28

Orantes ne pu retenir un tressaillement lorsqu’il entendit la voix de sa sœur emplir l’espace de la pièce. Il l’eut discernée parmi des milliers, pourtant le timbre de celle-ci semblait entravé voire circonspect. Faisant volte face, le jeune béarnais put enfin distinguer la silhouette de la jeune femme pour laquelle il aurait damné son âme.

A la jeune enfant espiègle et pétillante qu’il avait tant aimé laissait place, en cet instant, une femme inanimée, feignant l’indifférence et n’osant soutenir le regard d’un frère. Orantes en fut attristé, pensant que l’échange des quelques missives entre lui et sa sœur était parvenu à rompre, un tant soit peu, l’amertume de leur relation. Pourtant, malgré la tristesse du jeune homme de voir sa sœur si distante, il ne parvenait pas à lui en tenir rigueur. Comment pouvait-il en être autrement ? Comment demander à une enfant abandonné dans sa prime jeunesse de sauter au cou d’un frère qui avait été si lâche ?


Je sais pourquoi je suis là, je ne sais malheureusement ce que l'on attend de moi.

Comment pouvait-elle ? ! Pourquoi continuer à se dissimuler derrière un discours si froid alors que ses yeux laissaient tout deviner de sa colère. Orantes avait maintes fois rêvé de ce jour bénit où enfin il la retrouverait mais Nabel semblait bien décidée à contrefaire grossièrement ce que lui hurler son cœur. Orantes était traversé de vertiges et ne voulait pas, quant à lui, déguiser un moment de plus son bonheur. Il choisit de rester silencieux, se posta face à sœur, et laissant une larme perler sur sa joue, la prit dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 30
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Re: Salon   Mar 13 Oct 2009 - 20:58

La réponse de son oncle tardait, au plus grand désespoir de la jeune femme, qui avait espérer recevoir un soutien.
Les yeux baissé, elle avait vu Orantes se retourner. Nabel avait deviner que les yeux d'un frère était désormais posé sur sa petite sœur, mais cette dernière était loin d'avoir le courage d'affronter cette situation.
Non qu'elle ne fut heureuse de la voir présent au domaine familial, il était enfin là prêt d'elle, et peut importe ce que le passé leur avait fait subir, la blondinette savait que désormais, il était à ses côtés, et que la promesse d'un Volvent fut une source sûre.

La tête baissée pour la première fois, les yeux rivés sur les beaux tapis qui ornaient le salon, la choupinette serra les poings quand elle vit apparaitre une paire de chausses. Il n'y a avait aucun doute, elle savait bien que c'était lui. Sans avoir le temps de quelques réactions, Nabel se retrouva dans les bras d'un frère aimant. La jeune fille senti un impact sur ses cheveux, une larme. Elle resta là, immobile dans des bras qu'elle avait tant rêver. Les émotions se bousculaient, ses yeux brulaient, et bientôt les larmes vinrent effacer la fierté.
Se libérant des bras protecteurs d'Orantes, Nabel se redressa de tout son corps et la tête haute, la blonde fit fasse à son frère. Sans trop comprendre pourquoi et sans trop pouvoir retenir ses émotions, elle senti son bras se lever et sa main aller taper le visage d'Orantes. Elle n'avait pu contrôler son geste, et était complètement aveugle aux réactions de Della et de Godefroy.
Le décor s'effaça, elle ne voyait plus rien, son regard voilé par un étrange mélange de joie et de tristesse. Les larmes coulaient à flot désormais, et ses lèvres pincées se libérèrent


Comment ? Comment à tu osais me laisser derrière toi sans même te retourner sur l'enfant que j'étais ?
Revenir en haut Aller en bas
Orantes

avatar

Nombre de messages : 123
Duché/Comté : Touraine

MessageSujet: Re: Salon   Jeu 15 Oct 2009 - 20:16

Alors qu’Orantes, bouleversé par les retrouvailles, étreignait sa jeune sœur, celle-ci se libéra soudainement et le gifla sans ménagement. La colère, qu’elle semblait avoir contenu un temps, s’était emparée du corps de la jeune femme. Elle ne parvenait manifestement plus à maîtriser cet immense flot d’amertume que provoquait le retour de celui qui l’avait laissé, des années auparavant, esseulée face à la disparition de leur pauvre mère.

Comment ? Comment à tu osais me laisser derrière toi sans même te retourner sur l'enfant que j'étais ?

Orantes, la main sur la joue où Nabel avait assené son affront, demeura un bon moment interdit par ce qui venait de se produire. Orgueilleux qu’il était, il n’aurait permis, dans d’autres circonstances, à quiconque de lever la main sur lui. Pourtant, aucun ressentiment ne fit place en lui, il aimait tant sa sœur et il lui paraissait légitime que sa cadette veuille prendre sa revanche sur toutes ces années d’abandon. Il aurait voulu lui répondre, lui expliquer les circonstances de son départ inopiné, lui démêler les affreuses intrigues qui secouaient alors la famille Volvent. Cependant, la présence de son oncle et de sa tante, à qui il avait fait promesse de ne pas médire sur les absents, ne lui laisser que peu d’issue.

Ma douce Nabel, je sais le courroux qui vous habite. J’ai été, à n’en poinct douté, au-dessous de tout il y a quelques années, mais il existait alors circonstances obligeantes à un acte que vous jugez couard. Nonobstant, infliger notre querelle aux yeux de notre bon oncle et de tante Della, qui se font une joie de nous voir réunis, va contre la bienséance.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Salon   Ven 16 Oct 2009 - 15:13

J'avais vu Nabel appeler à l'aide, dans ses regards. Je voyais Orantes, partagé entre l'impatience et la crainte.
Mais je n'étais pas intervenue. C'était à eux et à eux seuls de régler leurs vieilles querelles. Il leur fallait enterrer les reproches et l'amertume s'ils voulaient, à l'image d'Eldwin et moi-même, retrouver la joie de la fratrie.

Nabel semblait refuser le tête à tête qu'elle attendait pourtant depuis longtemps. Sans doute rongée par l'angoisse de ce face à face, préférait-elle allonger encore le temps de l'attente entre les deux.
Mais il faudrait tôt ou tard plonger et se mouiller la chemise s'ils désiraient réellement redevenir frère et soeur.


Orantes fit le premier pas. Et la réponse claqua en une gifle magistrale.
Nabel venait de m'étonner...Je ne la pensais pas capable de lever la main sur son frère.
Celui-ci demeura de glace, portant seulement la main à l'endroit marqué des doigts de sa soeur.
Je me mis à penser qu'à sa place, j'aurais sans doute répliquer. Devais-je prendre cela comme une leçon ?
A bien y réfléchir, oui.
Orantes venait de faire montre de patience en faisant taire son orgueil. Ces Renart-là ne devaient pas avoir exactement le même sang que moi qui démarrait toujours au quart de tour.

Je souris aux paroles de ce brave neveu. Il venait par un tour de passe-passe habile, de sauver sa mise. Il ne voulait pas rendre la monnaie de sa pièce à sa soeur parce que nous étions là ! Son orgueil était sauf et ma leçon terminée.
Je posais ma sentence : Orantes ferait un très bon diplomate, un excellent politicien ; Nabel serait une bonne guerrière.


Mon neveu, te voilà fort sage.
Il est exact que nous sommes heureux de voir sous ce toit, les membres de notre famille.

Nabel...profite donc de ton frère, ne vous disputez pas. Il est là, vous êtes réunis.

Je repensai à Eldwin...lui et moi avions aussi été en termes difficiles. Heureusement, le Ciel avait voulu que nous nous retrouvions...et maintenant, je craignais de le perdre...Si seulement Nabel et Orantes pouvaient savourer ces retrouvailles...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 30
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Re: Salon   Ven 16 Oct 2009 - 20:19

Ainsi donc là était la réaction de son frère. Nabel se sentie soulagée. Elle n'avait pu retenir son geste, son attente, de quelques années trop longue, ne lui avait donné d'autre choix. Comment ne pas réagir avec violence, quand à l'intérieur de vous, une enfant a pleuré son frère pendant tant de temps.
Non pas qu'elle ne fut pas heureuse de le voir. Son cœur battait à une vitesse effrayante. Quand elle regardait son visage, elle voyait en lui son père, sa mère mais surtout le frère qu'il était, aimant et sage.

La bras retombant là où il aurait du rester, Nabel scruta les yeux d'Orantes... Par le Très Haut comme il lui avait manqué. Son geste, elle le regrettait profondément, et n'avait qu'une envie désormais ...

Elle écouta son frère, déçue et en même temps heureuse. Cette querelle, pour sur ne devait pas s'engager devant leur oncle et leur tante. Si quelqu'un aurait du être là, ce fut Thomas, oncle protecteur, qui l'avait pris sous son aile. Pourtant, la blondinette était heureuse qu'il ne se trouva pas en ces lieux, trop heureuse de l'avoir, lui, devant ses yeux.


Nabel...profite donc de ton frère, ne vous disputez pas. Il est là, vous êtes réunis.

Les mots de Della allèrent se loger directement au plus profond de la jeune femme. Ils touchèrent son cœur en une fraction de seconde. Tout ceci était si juste, Orantes avait fait une promesse, et il savait pertinemment que si elle n'était pas respectée il n'aurait plus de sœur. Pourquoi la rancœur était si dure à oublier alors que trône au milieu des sentiments un amour véritable beaucoup plus fort que ceci ?

Désolée pour cet écart de conduite, il est vrai que cela ne devait se passait ainsi, mais que voulez vous, je suis bien trop impulsive.
Vous avez fort raison ma tante, nous sommes réuni et là est le principal.


N'attendant aucune réaction, Nabel s'éleva sur la pointe des pieds et entre ses mains prit le visage d'Orantes. L'obligeant à se courber, elle embrassa le front de son frère, puis alla se loger contre lui.
Enfin il était là, les explications attendraient bien, seul leurs retrouvailles comptaient.
Le cœur calmement sa course, et les larmes s'échappant de ses yeux pour terminer leur course sur la chemise d'Orantes, la choupinette se lassa aller à une vie de bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 30
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Re: Salon   Ven 30 Avr 2010 - 13:12

[La renarde adorable et son adoré ... Acte II]

Finalement Nabel avait prit le bras d'Orantes pour entrer dans la demeure, laissant derrière son aimé, au bons soins, elle le savait de sa Tante et de son Oncle.
A l'instant même où ils passaient les portes de l'entrée, Nabel offrait sourire sur sourire à son frère. Le manque qu'elle ressentait chaque jours de sa vie, n'avait plus lieu d'être en ce jour. Les deux Volvent, était réunis et là était le principal.
Autant qu'elle ne connu pas Tolaine, elle se souvenait de tout ce qui c'était passé avec Orantes. Ce temps perdu la blonde aimerait le rattrapé, peut être pour cela que si il n'y avait eut Tsampa, elle serait venu s'installer en Bourgogne depuis longtemps.
Mais il en était hors de question, laisser Tsampa là bas, revenait à mettre fin à cette amitié, ce lien qui c'était créer entre la brune et la blonde.


Alors mon frère, n'as tu rien à raconter à ta jeune sœur ?

Et alors que la question fut posée, le couple fraternel entra dans le salon, suivit de prêt par les maitres des lieux et l'adoré de l'adorable.
Revenir en haut Aller en bas
Orantes

avatar

Nombre de messages : 123
Duché/Comté : Touraine

MessageSujet: Re: Salon   Ven 30 Avr 2010 - 17:44

C’est donc bras dessus bras dessous que le frère et la sœur traversaient les longs corridors de Beaumont. La jeune femme arborait un large sourire et de la voir ainsi rendait le Renart des plus allègre. La douce présence féminine de sa sœur cadette procurait à chaque fois la même sensation à Orantes, une sorte d’exaltation sereine…

Alors mon frère, n'as tu rien à raconter à ta jeune sœur ?

Je reconnais bien là la petite fille à qui j’avais coutume de conter historiette au coucher. Mais tu n’es plus une enfant ma belle. Le jeune bourguignon affichait un sourire taquin.

Et s’il y avait aventure à narrer, je suppose que tu aurais plus à dire que moi ! Coup d’œil en coin au vicomte, l’air toujours aussi moqueur.

Vas-tu enfin nous dire de voix vive ce qui te mène sur les terres bourguignonnes ? A part le doux plaisir de me revoir, j’entends.

Et Orantes de s’esclaffer ne dissimulant pas le contentement qu’il avait à asticoter ainsi Nabel.
Revenir en haut Aller en bas
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 30
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Re: Salon   Dim 2 Mai 2010 - 22:28

Et alors que le frère tant aimé répond à sa cadette, la jeune blonde ne peut s'empêcher de se remémorer, ces fameux soirs, où alors que leurs parents étaient occupés à leur tâche, le grand frère protecteur qu'il était ne se lasait jamais de lui comter des histoires. Le soir, ou le matin, la journée, peu importait, quand elle le lui demander, jamais il ne refusait, ou bien finissait pas céder.

Comme j'aimerai que cette époque ne fut jamais terminée...

Oui cette époque où alors ils n'étaient pas séparée, cette époque où quand la fillette qu'elle était se sentait seule ou même appeurée, rejoingner le lit de son frère pour se rassurer, à l'encontre de feu leur père. Cette époque, où tout aller bien, enfin elle le pensait, et oui les histoires de familles sordides, n'avait pas encore brisées le lien qui les unissait.
Et alors que la mélencolie gagnait la renarde, le regard d'Orantes vers le vicomte et son air taquin, lu firent appariatre un large sourire.

Et bien mon frère, ai je vraiment besoin de parler !
Dans mes souvenirs tu étais plutôt perspicase et tu te doute bien que si j'ai conduit icilieu un vicomte ce n'est surement pas pour prendre le thé ! surtout après des jours de chevauché !

Et la blondinette laisse échapper un rire. Heureuse blonde qu'elle est, ne quittant pas le bras de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Salon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Salon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie de Seignelay :: Fief de Beaumont :: Château - Demeure Familiale :: Aile Est :: Grand Salon-
Sauter vers: