AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ainsi donc votre époux n'est pas là ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 12:17

Mais si ! Je connais la rombière... heu la taulière.... la baronne, je voulais dire la baronne !

Là c'était 1m70 de mauvaise foi habillée dans une riche tunique écarlate et dans des collants bleus....autrement dit c'était Eusaias qui tentait de s'inviter dans le château. Pourquoi tardait-on à le faire entrer ? Car il était peu recommandable ? Allons donc, licencié en excommunication, licencié également en traîtrise et décoré pour félonie, comment pouvait on douter du sérieux du Bourguignon ?

... Comment ça Vicomtesse ? Allons allons, ne soyez pas sot l'ami, vous savez comme moi qu'une baronnie Bourguignonne vaut bien plus que n'importe qu'elle titre dans les autres duchés, mis à part ceux issus du royaume de Bouillon. Vous voyez c'est moi le roi de Bouillon !

Sourire amusé, la fierté éclairant tout le visage de l'homme au faciès d'oiseau de proie, il était là l'énergumène à jouer avec sa toison d'or pendant à son cou. La poitrine bombée, l'épée au flanc il était fier comme un paon, même si ceci était le surnom de son fils.

Bon tu me laisse rentrer t'es bien sage...

Il amorça quelques pas mais du stopper à portée de lance.

... Pourquoi non ?!

Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 12:38

Certainement, il était bruyant.
Et même si elle était loin, à un tournant du chemin qui menait au fief de sa douce amie Della, Blanche entendait une sorte de remue-ménage qui en provenait, ce qui lui fit pincer les lèvres et froncer les sourcils quelques secondes avant d'arriver. Elle avait imaginé un silence religieux au moment de pénétrer l'enceinte, ou peut être était-ce la fatigue d'un aussi long voyage qui lui faisait espérer, c'était possible. Que l'on troublât les alentours vignerons, alors qu'il faisait froid dehors, et fatigué dedans, cela ne lui plut pas plus que ça.
Elle en fit même ralentir le train de son cheval, qu'elle avait fait pourtant avancer à vive allure depuis quelques lieues, lorsque l'idée de retrouver la Duchesse d'Orléans devenait réalisable. Parce que quelques uns de ses accompagnateurs se trouvaient à l'abri du vent dans un habitacle de bois sur roues qui ne pouvaient suivre des élancées galopantes impromptues, souvent elle avait fait quelques allers et retours, elle venait s'enquérir de ses enfants à l'intérieur et vérifiait qu'on leur prodiguait de bons soins, puis elle repartait à l'avant où l'y accompagnaient deux gardes espagnols.

En parlant d'Espagne, Astaroth avait pris de l'avance depuis le Tournel, où elle était restée quelques temps. Lui, soucieux de quelques affaires politiques dont il ne lui parlait guère, avait bifurqué vers l'ouest sur une trentaine de lieues où il escomptait passer les deux prochaines semaines. Cela la ravissait, les retrouvailles avec Della n'en étant que plus... chaleureuses.

Les bosquets s'ouvrirent sur le chemin. Elle y vit un homme, qu'elle trouva grotesque. Se tournant vers les autres elle leur fit signe de ralentir, et posa pied au sol. Qui craqua un peu et maladroitement, tant ses pas étaient indociles et dodelinant. La chevauchée l'avait un peu exténuée.
Elle fit quelques pas.
A une centaine de mètre devant elle, se trouvait Eusaias de Blanc-Combaz, qu'elle n'avait vu que quelques rares fois, dont elle se souvenait à peine et qui ne lui avait pas fait grande impression. Ses manières vulgaires et bruyantes achèveraient de le rendre barbare. Assurément.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 13:30

Le destrier derrière le maitre commençait à s’impatienter autant que le maitre. Il faut dire que l’animal avait le même caractère teigneux que son maitre et si on osait la comparaison on aurait pu lui donner le sobriquet de « tête de mule ». Le balbuzard jeta un coup d’œil à l’écuyer qui tenait Chréstien le destrier, avant de se tourner vers la nouvelle arrivée.

Diable ! On ne me laisse rentrer mais voilà bien d’étranges armoiries qu’on inviterait ? Diable ! Voilà qui est bien surprenant que de refuser la visite d’un des plus grands barons de Bourgogne alors qu’on accueille… qui ?

Le visage se ferma mais l’œil resta bien curieux « évalua » la donzelle qu’il pouvait apercevoir.

A l’attention de son écuyer il tint ce langage :

Voilà en tout cas une belle biche à qui il faudrait assurément donner la chasse pour la ramener au castel sur sa monture.

Puis il se pencha à l’oreille de l’écuyer.

D’après toi messire écuyer si on lui plante la lance, elle hennit comme une jument ? Elle brame comme une biche ? Ou alors…. Bêle comme une chèvre ?

Un petit ricanement malsain passa les lèvres du balbuzard et se redressait pour faire meilleure impression à la jeune femme.

Approchez belle enfant, approchez. Je suis Eusaias de Blanc Combaz, Roi de Bouillon, seigneur frondeur et de loin le plus hardi des hommes. Je suis en visite ici chez mon amie Della, vous venez aussi la visiter ou vous vous êtes égarée ? D’ailleurs je ne connais point vos couleurs… qui êtes vous ?

Il lui tendit sa main gantée de cuir en direction de la jeune femme. Geste qui se voulait accueillant mais impérieux également.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 13:44

Laissant son cheval au soin de l'une de ses dames de compagnie qui s'approchait d'elle, elle s'en vint à pieds jusqu'à lui.
Le ton sec, les pas légers, l'esprit lourd.
Si, puisqu'elle était encore trop éloignée elle ne comprit pas ses injonctions, sa remarque, ou le murmure à l'oreille de son écuyer, elle put cependant achever de le trouver désagréable, se faire un a priori très négatif et décider de répondre sur un ton qui lui aussi, risquait de mener à une relation conflictuelle.
Là où elle aurait pu engager une conversation agréable, s’enquérir de la fronde, et paraître à son rôle d'ambassadrice, elle se contenta de hausser les épaules. Le grand baron de Bourgogne ne lui décrocha pas même un sourire. Et ignora sa main, comme s'il eût été d'autres coutumes de là où elle venait.


Je suis aussi en visite chez la Duchesse d'Orléans.
Baronne de Donges, Monsieur.


Elle s'inclina, parce qu'il le fallait. Mais la façon qu'elle eût de le faire servit assez largement ses desseins. Y avait-il déjà eu révérence plus indifférente à l'égard d'Eusaias? Pas même aux cérémonies d'hommages n'avait elle été à ce point peu respectueuse, détournant le regard, lui accordant une attention inférieure à celle qu'elle donnait au serviteur de Della.

Nous sommes exténués, faites nous donc entrer, Della sait que nous arrivons.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 14:23

La main resta en suspend alors que les doigts se refermèrent sur le vide. Snober un noble était osé, surtout quand le noble en question fut pendant un temps nommé « Le Cruel ». Il grinça des dents quand il accueillit la révérence de la baronne. Il l’aurait fort volontiers giflée en la traitant de petite prétentieuse, il l’aurait également menacer de lui apprendre les bonnes manières, mais ici… devant chez Della cela aurait été sans nul doute une raison de briser l’amitié entre la blonde et la Balbuzard. Et Dieu savait comme le bourguignon aimait son amie.

Les yeux de rapace se braquèrent vers le ciel alors qu’il marmonna :

Pardonnez-lui seigneur…. Car elle ne sait pas ce qu’elle rate.

Puis plus haut.

Donges ? Cela doit être loin pour nommer Della, duchesse d’Orleans. Car vous savez Keridil à quitté sa charge après une énième bassesse de Vonichérie.

Il grimaça avant de reprendre.

Foutu Keridil, s’il m’avait fait confiance l’inutile périgourdin aurait séché dans une des cages à corbeaux d’Orléans et la France se porterait mieux.

Pendant qu’elle l’ignorait copieusement il en profita pour incliner la tête et imaginer la croupe de la pouliche. Plus elles l’ignoraient plus il avait envie de leur apprendre le jeu de la culbute. Celle-ci allait sans nul doute être une cible de choix si elle continuait à le narguer. Il la doubla profitant du fait que le garde était distrait pour le repousser et inviter une seconde fois Blanche à le suivre lui offrant cette fois son bras.

Agrippée-vous je vous mène, Della sera ravie de nous voir arriver ensemble, j’en suis convaincu. Nous en profiterons pour vous bavarder, vous me direz ou se trouve Donges et je ferai semblant de savoir ou c’était. Vous pourrez alors penser que je suis un menteur, vous aurez raison pour cette fois. Je tenterai alors de me rattraper, maladroitement, du moins je serai habilement maladroit, afin de vous arracher un sourire. Vous venez donc ? Votre fatigue passera plus vite en bonne compagnie... comme la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 14:58

Son attitude était singulière, songea Blanche lorsqu'elle le vit lever les yeux vers le ciel d'une façon imprévisible. Si, dans la tête d'Eusaias se fomentaient des envies de meurtre, la petite dame, elle, avait tendance à franchir les limites de ce qu'il était, semble-t'il, capable de supporter. Et c'est dans cet ultime but qu'elle dit à nouveau :

Je sais ce que je rate, au contraire.
Puis, pour ouvrir une autre plaie dans son orgueil -ou l'irriter, au choix- elle rajouta. Vous ne savez sans doute pas que Leyah fut ma suzeraine, et que nous avons entretenu des rapports très amicaux. C'est simple, je la considère comme ma sœur. Et son époux m'est cher.

En réalité, Leyah et Blanche se détestaient cordialement. Il y avait quelque chose de vulgaire qu'elle lui trouvait, qu'elle n'imputait pas entièrement à sa couleur de cheveux. Quelque chose qui passait par les mots qu'elle employait, par ces regards déplacés, et ces gestes indignes d'elle.
Un peu comme ceux d'Eusaias. Le même ressenti, d'ailleurs, commençait à poindre en elle, coincé dans sa gorge comme toutes les injures qu'elle se retenait de lui dire. Elle les changea en mensonges, ainsi qu'elle venait d’éhontément lui parler de Leyah Bleizmorgen, ainsi qu'elle venait de s'incliner devant lui, ainsi qu'elle superposa son bras sur le sien, en s'y appuyant dans une absolue indifférence, remettant en place les pans d'une robe de jour que la chevauchée en amazone avait maintenu relevée par un galon.
Je ne viens pas de Donges, je viens de bien plus loin. Au sud. Sachez seulement que cela se trouve en Bretagne, dans une province sauvage et très barbare. Vous auriez peur d'y vivre, Eusaias le Hardi. On ne vit point sur mes terres affublé d'un collant... bleu.

Elle grimaça, mais tout comme elle avait parlé la tête vers le bas, bras droit sur le sien, bras gauche tendu pour délacer le galon, ainsi sa grimace passa inaperçue. Et quand elle redressa le chef, il n'eut plus en souvenir de son arrogance que le ton blasé qu'elle empruntait.

Ne laissez pas vos gens sans rien faire, j'ai toute une maisonnée à faire venir jusqu'à Della.

Snobinarde jusqu'à la hauteur de son nez, empli de dédain, en l'attente de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 15:41

La garce ! Il aurait bien hurlé ça, mais c’était peu intelligent pour le coup. Lui parler de Leyah et de Vomi, non vraiment qu’elle était ingrate selon le balbuzard qui lui se trouvait toujours agréable et donne compagnie. Pour le coup, il oublia la croupe car la coupe était pleine et il aurait bien préféré tenailles pour astiquer le breton poitrail. Mais il n’en fit rien et tenta encore une fois la diplomatie… sa diplomatie :

Vous êtes agressive comme une petite chatte à qui on a voulu donner un bain. Suis-je si déplaisant ?

Non mais vraiment, même son épouse ne lui parlait plus ainsi depuis qu’il lui avait donné des cours d’humilité bien sentis. Devait il briser la bretonne aussi ? La trimballer nue sur son cheval à travers Dijon ? La faire suspendre dans une cage à corbeau au dessus de la grande porte de Bouillon ? Lui imposer un carcan et la placer à l’entrer de la grande foire de Chalon ? Mais une chose attira plus son attention que le bras qui venait se poser sur le sien.

Quoi mes collants bleus ? Ils sont parfaits non ? Vous préférez que je les retire ? Cela serait déplacé que nous arrivions tous deux aux sons de mes grelots… Imaginez la tête de Della si je venais à mal m’asseoir face à elle… Non vraiment, les collants bleus sont parfaits, en Bourgogne, en Bretagne aussi croyez moi. Sinon pour la Bretagne…. Vous ne m’inquiéterez pas en parlant d’elle, j’ai bataillé sous leur bannière à Formigny. Je sais ce que vaut breton.

Il tiqua de nouveau.

Quels gens ? Vous voulez emménager en mon castel ? Car pour l’heure je n’ai qu’un écuyer… autant dire qu’il peut ordonner à votre maisonnée mais en aucun cas ne pourra gérer autre chose. Enfin rentrant, j’ai grand soif et sans doute qu’avez des fauteuils et du vin le ton sera plus amical.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 16:01

L'outrecuidance mentale d'Eusaias échappait à Blanche.
Et c'était bien mieux ainsi.
Car déjà rien que ses mots lui donnaient envie de se mettre réellement en colère, et de laisser-là le petit jeu de réparties qu'ils avaient débuté. Elle en avait le poil qui se hérissait sur le dos -comme la petite chatte échaudée qu'elle était peut être, tout compte fait-. Mais s'il avait eu un temps où ce sentiment d'agacement l'entrainait à se plaindre et hurler, et crier et taper du pied, bien des années étaient passées depuis. Elle avait appris, outre à se taire, quelle était sa place, et elle savait, quand bien même elle trouvait cela écœurant, qu'elle n'avait en l'absence d'Astaroth, son époux, qu'à baisser le chef et se mordre la langue.
Ce n'était d'ailleurs, que ses origines estuaires qui l'enjoignaient à répliquer. Ce qu'elle fit.


Je n'ai jamais connu noble plus vulgaire que vous. Vous êtes issu de la roture à n'en point douter, Monseigneur.

Oh douce ironie.
Une fois cette formidable obsession d'avoir le dernier mot assouvie, elle se sentit plus calme, et répondit avec une neutralité proche de l'amabilité. Elle avait toujours, rappelons-le, l'avant bras contre le sien, et s'il n'y avait eu différence de taille aussi importante -car elle était plutôt petite- ils auraient été assez proches pour qu'elle lui dise à hauteur d'haleine ce qu'elle pensait de la sienne.
Il puait, trouva t'elle, à moins que les épices qui se servaient à couvrir les odeurs ne soient si différentes entre la France, et la Castille. Ce qui la mena à parler d'un autre genre de sauvagerie.
Je n'aime point du tout cette mode masculine. Non, vraiment.
Au son de grelots dont vous vous amusez, j'aurais préféré l’entre-choc fort et huilé d'une armure. L'homme n'est homme qu'avec une lance et un bouclier.
Non point fagoté comme un ménestrel.


Elle ne savait pas, la pauvre, qu'il avait été question d'une toute autre lance peu avant, car les mots murmurés par le hardi baron lui avaient échappés ; si elle avait su, sans doute aurait elle utilisé vocabulaire différent, mais enfin la phrase avait été lancée, et la seule chose qu'elle en retenait alors qu'il n'avait pas encore réagi, était l'impression d'avoir peut être -un peu- dépassé les ultimes limites. Et, autant pour se protéger d'un coup qu'il aurait voulu lui asséner, ou d'une poigne trop virile, elle fit glisser loin de lui son bras et prétexta quelques excuses pour faire un pas en arrière.
Un pas, puis un autre.
Pas encore assez loin pour qu'elle se sente rassurée.
Elle dit.
Permettez que je fasse descendre mes enfants.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 16:57

Vous vous trompez sur mon compte. Je suis bien noble de naissance mais j’ai renoncé à tous mes droits, je préférais conquérir mes fiefs par la force de mon épée. Alors oui, je n’ai pas le langage châtié de certains car j’ai passé sans doute trop de temps dans les compagnies d’ordonnances en Germanie, Bretagne et en Bourgogne. Donc, comme le dit le proverbe l’habit ne fait pas le moine, et l’absence d’armure ne fait pas de moi un homme faible. Je reste le meilleur duelliste de France à ce jour et un redoutable jouteur, puisqu’on parle de lance.

Il secoua la tête en repensant à tout ce qu’elle venait de lui lancer à la tête.

« Ménestrel » qu’elle ose la bougresse.

Se tournant vers elle alors qu’elle s’échappait.

Vous savez j’en ai fait violenter pour moins que ça et je pense très sincèrement, car je suis homme honnête, que si nous n’étions pas chez amie commune je vous aurais rossée le séant à coup de ceinturon pour vos affronts.

Il croisa les bras dans son dos et la regarda se diriger vers son coche visiblement.

Vous avez donc enfanté ? Voilà qui est surprenant…. Vous avez dévoré votre époux après votre reproduction ? Vos époux sans doute puisque vous parler d’enfants aux pluriel, il doit y en avoir au moins deux. Ah moins que ce soit des jumeaux. Enfin, j’espère que vous leur apprenez l’amabilité et la politesse… Car vous en avez sans doute si on écarte bien tout cet orgueil et cette méchanceté. Non vraiment ne le prenez pas mal, je suis certain que vous avez bon fond… au fond.

Puis il sourit fort taquin et continua à la traquer de son regard de rapace.

Faites jolie dame, faites descendre vos enfants. Vous pourrez ensuite ferrer vos chevaux non ? Je vous fais venir du fer et une enclume ? Car si moi je suis issu de la roture vous me faites penser à un garçon manqué.

Et paf ! Là le sourire était radieux, car il aimait rendre les coups qu’il recevait. Mais il tenta de terminer cela proprement…

Donc, que faisons-nous ? Continuons-nous les vilainies où retrouvons nous tout deux un ton plus cordial voire amical ? Je suis prêt à m'excuser pour mes mots et vous donc ?
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 17:24

Elle haussa les épaules.
Menaces n''étant point actes, elle omettait d'avoir peur. Même, maintenant éloignée, elle se croyait supérieure à lui dans cette conversation, assez pour le manipuler, se moquer de lui, et commettre d'irréparables bavures diplomatiques qui feraient forcément tache sur le parvis du castel de Della. Ils n'étaient toujours pas rentrés, elle était toujours seule, aussi fit-elle signe aux deux livrées bleues et vertes, bras forts et obéissants, qu'il serait opportun de se tenir près d'elle pour intervenir.
Quoiqu'aucun de ces petits pions laissés-là par Astaroth ne comprenait un mot de français, et n'aurait été capable d'intervenir avant qu'elle ne soit giflée. Elle haussa les épaules à nouveau, lui tournant le dos.


Sortez donc. Puis sa voix se perdit, cachée par le vent. Était-ce celle de sa progéniture, ou la sienne qui devenait velours? Mais une voix douce et amoureuse parvint du coche au portail, dont on ne comprenait mot ni sens. Elle ouvrit la porte, souleva la voilure lourde et noire qui en avait camouflé l'intérieur, et se saisit à bras le corps d'une première silhouette blonde.
Qu'elle posa au sol pour en extirper une seconde, bien plus petite, mais tout aussi clairement parée. S'ils n'avaient, en tant que mâles, trop rien de ressemblance avec leur mère, cependant l'on pouvait dire, assurément, qu'il y avait une filiation certaine. Ils étaient tous deux trapus, quoique le plus jeune soit plus hauts sur jambes, en proportions, que l'aîné. Les deux aux cheveux de broussaille et le regard hagard -sans doute dormaient-ils avant qu'elle n'aille les chercher-, les deux incontestablement aussi blonds que leur mère.
Sortant en dernier de l'habitacle, une nourrice tenait bien serrée un colis empaqueté et protégé, dont on comprenait à la noblesse des tissus qui l'entouraient qu'il s'agissait assurément du dernier produit familial : il n'importa sur l'instant que son silence, exceptionnel, mais bien présent.

Elle avait toujours le dos tourné à Eusaias, qu'elle garda d'ailleurs fermement dans la direction opposée à lui ; et peut être était-ce pour cela qu'elle n'avait pas l'air tout à fait à l'aise, et que l'un des enfants s'en inquiéta.
La présence du "Cruel" dans son dos lui fit garder les enfants près d'elle, car, nous l'avons dit, elle n'avait pour les gardes qu'une confiance relative.

Ils revinrent près de la porte.
Silence religieux.


Jeunes hommes, je vous présente Monsieur de Blanc-Combaz, noble bourguignon ami de notre chère Della.

Et puisque la progéniture se tut sur un nouveau blanc, tragique, elle les repoussa un peu derrière elle, chahutant ce qu'il restait de leurs cheveux blonds, avec autant d'autorité que d'affection. Mais il fallait les éloigner, ce qu'elle fit. En soutenant son regard.
J'ai enfanté, oui.
Et cela ne méritait pas de commentaire supplémentaire.
Il avait dit d'elle qu'elle n'était qu'une donzelle, une jolie dame, une petite chatte, une bougresse, il ne lui avait épargné aucune insulte commune, il avait même menacé de la faire souffrir.

Peut être plus vexée que ce qu'elle n'aurait voulu paraître alors, elle fit jouer sa mâchoire sur un début d'ouverture... Mais non, décidément, se trouver menacée était assez pour qu'elle se taise. Elle baissa le front, tâchant de paraître impassible, tâchant de garder en mémoire un ton acerbe et impoli, tâchant de rester cassante, mais la verbe ne venait point.
Et ce fut le troisième silence, rompu épisodiquement par des talons de souliers enfantins qui grattaient le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 17:50

Il regarda le manège se faire. Des enfants au nombre de trois si on comptait le petit dans les bras de la nourrisse sortaient un par un. Visiblement le voyage fut long pour eux et le Balbuzard se rappela que ses enfants avaient souvent cette « vivacité » en sortant du coche après un long trajet. Il les décortiqua du regard, cherchant les ressemblances avec maman. Il inspira à plein poumon quand la jeune femme le présenta à ses enfants. Il n’osa aucun geste vers eux, car « femelle peut être féroce quand on approche ses petits ». Et lorsqu’elle les éloigna il se contenta d’un franc :

Ils sont beaux vos enfants. Ils seront forts et robustes à n’en point douter. Et s’ils héritent de votre esprit ils seront en plus habiles orateurs. J’apprécie les enfants, ils ont le cœur pur chose rare dans notre monde.

Estimant intéressant de placer une plaisanterie il osa continuer sur un :

Puis avec des petits oignons frits c’est le meilleur repas possible. Non évidemment je plaisante… Venez vous devez être épuisée. Votre époux le Baron n’est point là ? C’est fort dangereux de laisser femme seule sur les routes de Bourgogne. Si grâce à notre bon duc Philippe ces sal*pards d’anglois ont déserté les lieux, il reste hélas quelques grandes compagnies qui rapinent tout sur leur passage.

Il fit signe à son écuyer.

Mets-toi immédiatement à disposition de madame. Qu’elle ne s’épuise pas en chose inutile, sa compagnie met désormais agréable.

Il offrit un sourire à la dite dame avant de reprendre.

Je m’excuse pour mes vilains mots et vous demande de me pardonner. Le voulez vous bien ?

Il amorça un pas, puis un second en direction du château de Della, espérant que ça aiderait à marcher sur le sentier de la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 18:10

Oh, mais mon mari n'est pas baron !

Elle avait omis sciemment de parler de la santé de ses enfants. Le sujet, douloureux, l'aurait mené à songer, même brièvement, à quelques pertes récentes, et elle n'en était pas capable, pas quand les mots de Eusaias lui restaient encore en mémoire. N'avait-il pas dit bougresse, n'avait il pas dit ceinture, rosser, n'avait il pas été à ce point déplacé?
Alors, lui pardonner? Il n'en était pas encore venu là, mais tant mieux, car elle n'aurait pas accepté, à ce point de leur discussion, qu'il se montre aussi présomptueux.


Il est marquis. Marquis de Gondomar, et ses îles.

Elle ne releva pas le nez assez haut pour le voir, l'évitant. Sans insolence, mais avec peur. Aussi elle obéit à l'une de ses injonctions plus anciennes, comme ci, comme ça, comme une tentative de trêve alors qu'elle commençait à capituler et à fléchir. Frayeur du jour. Peur, tout court. La peur. Nous vivons en Castille, voyez-vous. Au large de l'Espagne dans ce que l'on appelle la Galice, une terre ni sèche ni aride, semblable à la Bretagne tant le vent qui la frappe est froid.
Elle marqua un instant de silence. Vous devez savoir comme ce genre de terres est beau, n'est ce pas?

Et puis, puisque tout ceci était dû à Astaroth, elle conclut.

Mon mari s'est rendu à quelques lieues d'ici pour régler une affaire... Mais le suspens au bout de cette phrase finit le tout. Elle avait l'air mystérieuse, ne voulant rien dévoiler. En vérité elle n'y connaissait rien, à cette précieuse affaire, et n'y avait vu que l'occasion de régler les siennes. Revoir Della, tout d'abord,et puis...

...Votre Grâce, je vous pardonne.

Elle se mit à marcher aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Lun 17 Sep 2012 - 18:41

[je suis vraiment couillon quand je m'y mets. Navré.]


Marquis de Gondomar ? Encore cette fois je dois avouer que je ne connais pas. Mais… surtout pourquoi vous dites vous baronne alors que votre titre est « marquise » ? L’union n’aurait pas été officialisée ? N’y voyez là aucunement un reproche, c’est une simple question. Disons que puisque nous allons en direction désormais d’une politesse agréable si je pouvais vous aider je pense que je le ferai.

Il dut prendre un court instant pour réfléchir aux dernières informations qu’on lui donnait.

La Castille ? Voilà un beau pays que j’aurai aimé voir de plus prêt. On se dit toujours qu’on ira, puis on est toujours occupé, puis ça nous passe hélas. Il y fait chaud ? On m’a dit que les gens y étaient généralement joyeux et accueillants est-ce vrai ? Même avec la reconquista les gens restent amicaux ?

Il tentait d’imaginer cela, les accents forts et chantants, le soleil de plomb, le vin frais pour se tenir actif. Il tentait d’imaginer les senteurs aussi. D’ailleurs sans réfléchir il se rapprocha franchement de la jeune femme, marchant désormais à ses côtés comme le feraient deux vieilles connaissances.

Vendent-ils des terres en Castille ? Sans doute que le royaume de Bouillon serait acquéreur que de quelques parcelles. Seraient-ils d’ailleurs près pour rédiger de concert quelques traités ? Enfin rentrons pour discuter de cela si vous avez envie d’en discuter il va de soit.

Il jeta un coup d’œil par-dessus son épaule pour s’assurer que tout le petit monde suivait bien.

En tout cas, vous pourrez compter sur moi et ma protection durant votre séjour en Bourgogne et le temps que votre époux arrive.

Puis un petit ricanement qu’il tentait de contenir se fit entendre.

Même si je porte de vilains collants aujourd’hui, je suis et reste un grand seigneur de guerre, plus féroce qu’un lion Della pourra le confirmer. C’est vrai que ma tenue est ridicule en ce jour…

Le ricanement furtif reprit dès la fin de la phrase.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 8:43

A défaut d'être arrogant, Eusaias témoignait désormais d'une certaine forme de gentillesse.
Et, non pas que cela fut déplaisant, Blanche était tout de même mal à l'aise. Il était comme un lion, d'ailleurs il l'avait dit. Un lion domestiqué.
Mais avant autant de griffes.
Chacun de ses mots pouvant le replonger dans cet état de semi-cruauté indolente, elle se tut.
Nécessité fit loi lorsqu'il posa plusieurs questions.


Baronne, car l'on me connait plus ainsi. Mais je suis marquise consort en effet -et elle insista sur le dernier mot-. Il est donc inutile de m'aider, le mariage a été officialisé par le cardinal Borgia, et il n'y est rien de plus officialisé que cela. Della elle-même était présente.

Comme s'il avait marché sur ses plates-bandes, voila qu'elle précisait en toute discrétion qu'elle aussi, était proche de l'ancienne duchesse d'Orléans. Et puisque le sujet était lancé, elle revint à l'apostrophe anti-Vonafred qu'il avait balancée peu avant, où il disait, si elle avait bien compris, que Kéridil avait rendu son titre de duc d'Orléans. Exit donc, les questions touristiques sur le climat castillan, le tempérament castillan, et les terres castillanes.

Vous disiez que Della n'est plus duchesse... C'est ennuyeux. La couronne lui allait bien.

Puis il parla de protection en l'attente d'Astaroth, mais elle n'écoutait plus. Et même, lorsqu'il s'aut-flagella avec sa tenue, ne fut elle pas tentée d'accentuer la chose et de faire un nouveau reproche, non. Elle avait les yeux dans le vague, et c'est tout juste si elle hocha simplement la tête.
De haut en bas, doucement.
Histoire de dire qu'il avait raison.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 15:09

Son interlocutrice était visiblement, bien que physiquement présente, bien loin de lui. Il la regardait alors que les graviers de la cour par leurs petits crissements témoignaient de leur avancée. Les mains du balbuzard étaient jointes dans son dos alors que le buste lui était bien droit. Le menton tourné vers la bretonne, l’œil intéressé ne la lâchant pas un instant, il la regardait se perdre dans ses pensées.

L’appendice nasale semblable à un bec d’aigle s’emplit d’air afin d’offrir celui-ci aux poumons bourguignons. Il l’allait l’interroger encore une fois sur cette lointaine Castille, mais il se rappela qu’il avait promis de ne plus en parler si elle ne le souhaitait pas et visiblement, c’était le cas. Il se mordit donc la lèvre inférieure comme pour se punir avant de rebondir sur la dernière intervention Bretonne.


Oui hélas, je n’ai guère eu le temps de pouvoir admirer sa couronne. Je crois que notre amie fut bien mise à l’abri lorsque mes troupes assiégeait le Roi et par la même occasion Orléans. Ceci dit j’ai cru comprendre que le Duc Keridil était en désaccord avec ce chien de Vonafred et qu’il a donc préféré laisser sa couronne à plus docile.

Il lui proposa sa main, mine de rien, lorsqu’ils arrivèrent près des marches. Son attention se porta sur le valet de porte de Della.

Fais prévenir ta maitresse que son amie la Baronne de Donges est en sa demeure. Que le roi de Bouillon est là également là. Fais prestement ou je demanderais à ce que tu sois battu.

Puis à Blanche sur un ton bien moins autoritaire.

Venez Baronne, au frais et avec un peu de vin vous serez bien mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 15:33

Roi.
Il était roi.
Ça, c'était impossible de ne pas l'avoir compris, ça faisait bien la deuxième fois qu'il le disait. Peut être parce qu'elle nourrissait à l'égard de cette monosyllabe une quelconque angoisse, sursautait-elle un peu dès qu'il s'enorgueillissait. Je suis roi. Là. Roi-roi-roi-roi. Il était roi-roi-roi. Si elle ne l'avait pas compris, tout le reste de son allure en témoignait... C'était, d'ailleurs, un semblable trait entre souverains qui l'avait plusieurs fois sidérée. Aux cotés de Béatrice (où elle avait rencontré Della, ndlr), puis de Carolum, et aussi parce que dans son enfance, le Rohan était souvent accueilli près de Nathan et de Gomoz, qui étaient, rappelons-le, des Grands Duc et Duchesse illustres, elle avait trouvé une espèce de similitude romanesque et souveraine.
Le port altier, peut être. Peut être...
Quoi qu'il en soit, depuis que son propre époux avait voulu jouer au monarque quelques mois, s'était-elle trouvée, à son grand regret, un peu trop proche de cette étonnante prestance. On disait les rois charismatiques et audacieux, certes, c'était vrai. Elle les trouvait surtout très orgueilleux.


Il semble sage, en effet, de protéger la Duchesse lorsque l'on l'attaque. Deviez-vous réellement assiéger Orléans? On dit la ville difficilement prenable, et il n'existe qu'un seul pont, ce me semble. Si les deux tours sont toujours debout, ce dût être entreprise laborieuse.

Elle rajouta, comme une excuse qu'elle aurait apprise par cœur :
Mais je ne suis qu'une femme et ait sans doute tort.

Qui est Duc d'Orléans, désormais ?


Il offrit son bras, elle le prit à nouveau, ne s'y appuyant presque pas. Il était roi, roi, roi. Et elle avait peur des rois.
De fait, elle sourit, mais le cœur n'y était pas ; il donnait, en même temps qu'elle obtempérait à ses ordres, quelques semonces et menaces qu'elle prit aussi un peu pour elle. Il était roi, roi, roi. Les petites rides entre ses sourcils se plissèrent un peu.
Elle avait des tâches de son sur le nez et les pommettes.


Ne vous pressez pas trop non plus, dit-elle au valet. Par taquinerie, par empathie, gentillesse, innocence? Elle ajouta. Monsieur de Blanc-Combaz saura attendre comme un gentilhomme.

Ou peut être qu'elle n'était pas si innocente que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 16:08

Il rit de bon cœur en entendant la jeune femme annoncer au valet qu’il pouvait prendre son temps, que le bourguignon qu’il était pouvait attendre. Il secoua sa chevelure corbeau alors qu’il disait « non » de la tête, le rire toujours présent.

Orléans ne m’intéressait guerre, je voulais le vilain rat dans ces murs. L’armée du connétable accompagnée de d’une armée royale nous poursuivaient et de l’autre flanc la Touraine préparait ses gens d’armes à venir nous attaquer. Nous avons du lever le siège sans prendre Orléans, ni même donner l’assaut une seule fois. Désormais je ne connais pas le nom du Duc.

Il souriait encore à la fin de son histoire et en profita pour enchainer :

Vous êtes…

Pénible ? Taquine ? Amusante ?

Vous êtes… Vous avez vraiment un sacré caractère. Ne prenez pas mal mes propos, j’apprécie vraiment les gens de caractère. J’ai même épousé une tête de bois artésienne, autant dire que j’aime.

Il tut son rire, prenant quelques instants pour imprégner son visage dans sa mémoire. Il fronça les sourcils pensant à une chose.

Vous me semblez être une bonne épouse aussi. Ferme et intelligente, on ressent une belle éducation et une bonne instruction. De plus vous avez enfanté de beaux garçons chose fort appréciable. Vous avez de l’esprit, je suis content de vous rencontrer mais…


Il la dirigeait toujours « par la main » à travers la bâtisse, suivant l’un des laquais, mais au « mais » il stoppa et regarda la bretonne avec tout son sérieux cette fois.

..Je vous connaissais déjà. Vous étiez venue chasser sur les terres mon ami le Terrible Erik. Une chasse que son turbulent mais néanmoins amical garçon avait organisée. Je me souviens de vous maintenant… N’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 16:28

Pourquoi quand il la regardait elle avait l'impression d'être jugée en permanence? Cet homme avait dû être bourreau dans une autre vie. Elle s'en trouva fort chagrinée, à deux pieds plus petite que lui, et attendant que Della n'arrive pour rompre cet sentence énoncée, comme l'hôte qu'elle était.
Silence.


Possible. Dit-elle en retrouvant ses yeux de chat.
La main se déroba, tandis que ses lèvres se fermèrent. Le sujet abordé ne lui plaisait sans doute pas. Comme pour l'affirmer à défaut de mots, elle fuyait le regard en retrouvant une espèce de supériorité malhonnête et mensongère. Elle savait, elle s'en était rendu-compte avant, Eusaias avait la main forte dans leur petit jeu, c'était lui qui menait la danse, et elle suivait. Pic par pic, arrogance par arrogance. Ils avaient tous les deux compris, sans doute, qu'un roi est toujours plus fort qu'une baronne.
C'eût été tricher que de prétendre le contraire.

Mais il la regardait et elle avait l'impression d'être jugée en permanence! Il était bourreau, comme elle était victime chagrinée et à deux toises de lui, menaçant de lui rompre les os à la moindre sentence, en l'absence de leur hôte qui se faisait attendre. Là encore, elle avait (un peu) peur.


Je ne m'en souviens plus du tout.

Quant à vous, j'avais déjà entendu parler de vous. Vous êtes comme on le dit.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 17:12

Possible ? Non certain je suis.

Il se glissa, lentement mais surement dans le dos de la Baronne, feignant de s'intéresser aux gobelets et carafe de vin. Son regard le fuyait ? Il la soulagerait donc de sa vue, mais pas de sa présence. Il s’approcha donc, à la limite de l’incorrect avant de reprendre. Le regard se porta sur la croupe, car désormais il se souvint avoir déjà lorgné le postérieur breton en demandant à Aimbaud : « Pensez vous que les bretonnes ont la croupe aussi ferme qu’elles ont la tête dure ? ». Puis les yeux d’oiseau de proie remontèrent le long du dos jusqu’à la nuque de la jeune femme.

Vous aviez été la première à repérer le gibier, un beau sanglier. Je me souviens bien de vous désormais : Blanche.

Il avait forcé le ton sur le prénom, pour que celui-ci résonne comme un couperet. Il avança d’un pas très court, mais suffisant pour « empiéter » sur l’espace « privée » de la jeune femme. Son visage se voulait encore souriant, afin de jouer la carte de la maladresse, de l’inadvertance si jamais elle se rebiffait un peu trop.

Et que dit-on de moi ? Sans doute tout un tas de méchancetés et je dois avouer que je serais peiné de l’entendre, surtout que vous pensez que la description me ressemble parfaitement. Tout un tas de gentillesses ? Je n’y croirais peu et de ce fait je penserai que vous êtes une séduisante certes, mais flagorneuse bretonne. Et je serais donc déçu.

Sa langue claqua contre le palais, tique qu’il avait volé à son épouse.

Et dire qu’on dit des banalités à mon sujet…. Et donc que vous confirmiez que je suis banal… Cela serait vraiment blessant. Donc que dit on de moi Blanche ?

Ce fut le moment ou il fit passer un verre de vin, précédemment pris lors de la diversion, à la baronne.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 17:27

Elle soupira ostensiblement.

J'ai toujours été douée pour sentir la présence d'une bête dangereuse ou malveillante près de moi. Quand bien même elle se cacherait dans mon dos pour m'atteindre.

C'était dit innocemment, juste comme ça, avec douceur, dans un ton léger et sans profondeur. Mais c'était aussi dit alors qu'il se trouvait derrière elle, qu'il faisait des pas de loups, ou au moins l'imaginait-elle, qu'il avait toute vue gratuite sur ce qu'il voulait. Et, de fait, la légèreté de la phrase pouvait disparaître, selon la façon que l'on avait de l'interpréter.
Sa stature ne changea point, mais les sourcils, eux, se froncèrent singulièrement. Ce genre de danse chasseresse ne lui plaisait guère ; mais elle n'était pas en position de le remettre directement à sa place, non...
Il fallait jouer plus finement.

Il continua à parler, et elle, à se tasser doucement sur elle-même. Le duvet de sa nuque se hérissa, et ses doigts tremblèrent. Mais il ne pouvait rien en voir, car il avait les yeux sur son dos, n'est-ce pas? Oh, comme elle imaginait l'indécence d'une telle situation!
Il apporta le verre. Avec lui, la délivrance.
La main de la femme vint à la coupe, et comme par maladresse, en se retournant pour le remercier, elle donna un vif coup de coude et fit choir du vin.

Avec une voix agacée, elle ajouta.
On dit que vous avez tendance à vouloir vous approprier ce qui appartient aux autres.
Et, pour lever une éventuelle ambiguïté. Notamment pour ce qui est de Bouillon.

Elle ne s'était pas encore retournée tout à fait, et ne savait pas si elle lui avait fait mal, ou si elle lui avait versé du vin dessus.
Mais elle l'espérait.
Oh oui, elle l'espérait vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 18:11

Une bête, dangereuse et sauvage….

Il regarda le vin valdinguer et sa manche s’imbiber du liquide. Il avait gagné cette première partie, du moins l’estimait… Blanche n’était pas la plus belle femme qu’il avait croisée, mais elle avait du chien, de l’esprit et… le repoussait. Trois choses détonantes pour le balbuzard et dans son fort intérieur il se promit de lui voler tôt ou tard un baiser. Oui, si une chose était certaine c’était que le Bourguignon était un conquérant et ça il lui expliquerait bien.

Allons, me craignez-vous ? Pourquoi donc ? Je suis homme sincère, si je vous dis vous apprécier c’est que je vous apprécie. Cependant, je n’ai pas de mouchoir à vous proposer, si vous êtes taché je suis totalement confus. Prenez ma tunique pour vous essuyez de toute manière elle est désormais ruinée. Je la donnerai à mon écuyer en échange de son tabard ça sera plus à votre goût ?

La séduction c’était comme la guerre. D’abord on raillait, puis on avançait peut à peut ses pièces puis pour finir la première phase on semait le doute. Là désormais la seconde phase débutait, il devait donc briser ses défenses et lui expliquer qu’elle n’avait aucune manière d’y échapper… que c’était ainsi. La troisième phase n’était rien d’autre que la capitulation et pour le vainqueur le pillage de la place forte.

Par contre, croyez moi, je ne suis pas qu’un grossier personnage qui prend ce qu’il désire. Je ne suis pas qu’un soudard.

Il appuya son regard sur elle pour qu’elle puisse bien comprendre le message. Il laissa ce silence quelques instants.

Je préfère largement l’obtenir par mes prouesses et mon esprit. Vous aurez sans doute tout le temps de vous apercevoir qu’on finit toujours par m’apprécier, me faire confiance et me prendre la main.

Les sourcils se froncèrent lorsqu’il décida de parler de Bouillon.

Bouillon me revenait. Un idiot de cousin à voulu me provoquer, désormais il ne provoquera plus personne et Bouillon est bien mon domaine et le restera. Enfin… Voulez vous essuyer les mains sur ma tuniques avant que j’aille me changer ?
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 18:39

Plutôt que de répondre, elle haussa les épaules.
Le vin n'avait pas eu l'effet escompté. Non, elle ne se sentait pas mieux, pas plus calme, pas plus posée. Pas plus heureuse non plus d'être en sa présence. Della lui manquait. Dieu, où était-elle donc? N'avait-elle rien d'autre à faire? Ou les secondes étaient-elles devenues des heures, et ainsi donc, l'élucubration d'Eusaias un véritable supplice?
En songeant à la chasse avec Aimbaud, tout en s'empêchant de repenser à lui, il lui sembla, tout compte fait, que là où elle se croyait proie et acculée, il y avait peut être moyen de finir le combat avec une certaine noblesse. Le sanglier en sa toute dernière charge, revêt, dit-on, une forme primaire de panache que l'on ne peut lui ôter, bien sûr entourée de stupidité, mais une noblesse tout de même. Charger son ennemi est idiot. Le faire pour se défendre a quelque chose de magique.


Comment pourrais-je vous craindre? Vous êtes assis sur un trône de paille. On se moque de vous jusqu'en Galice...

Oh la menteuse... On ne savait pas qui était Roi de France en Galice et on s'en tamponnait sérieusement le coquillard, pour être honnête. Du devenir de la France, des Blanc-Combaz ou de quoi que ce soit qui fut éloigné plus que la Catalogne du Royaume roux, non vraiment, on n'en avait rien à foutre. Qu'ils crèvent, qu'ils meurent, qu'ils s'étripent et se massacrent, les castillans avaient bien d'autres chats à fouetter. Ou d'autres...
Chattes.


Je n'ai rien à craindre d'un homme que mon époux pourrait tuer quand il le désire.

Cavalier noir en E3.

Disant cela, elle prit temps de le dévisager. Avec grand patience. La longévité de son regard, sans aucun bruissement de cils, n'ayant d'égale que son absence de respiration. La gorge sèche, en effet, dans un bras de fer qu'il était sûr qu'elle perde, et avec au dessus d'elle le dégoulinant Eusaias de Blanc-Combaz... La gorge au souffle coupé.
Elle sourit.


Je ne prendrai pas votre main, ni vous la mienne. Mais je vous apprécierai si vous cessez de faire l'imbécile.
Allons...


Elle se fit douce.
Vous devriez aller vous rincer, vous avez du vin sur le nez.

Dans un giclement doux, elle vida le reste de son verre en direction de son visage.
Un gobelet vide dans la main.
C'était une arme peu dangereuse.
Et elle ne respirait toujours pas.
Espérons qu'il soit touché.
Espérons.
Sa propre audace l'avait stupéfaite.
Échec au Roi.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 19:11

Le sourit resta affiché mais le sang du bouillonnais, lui, bouillonna. Elle l’attaquait, de face qui plus est, visant la fierté du bourguignon. Il aurait pu lui décocher une gifle retentissante, la besogner au sol puis faire empaler les enfants pour ça pendant que son écuyer la besognait à son tour. Mais il ne bougea pas d’un poil mais il ignora le reste des propos de Blanche :

Ainsi on rit de moi en Galice ? Voilà qui est fâcheux.

Il se servit un verre de vin et se laissa tomber dans un fauteuil.

Vous m’en voudriez si je faisais la guerre à votre terre et votre époux. Je ne pense pas…. Après tout il pourrait me tuer facilement donc aucune raison de m’en vouloir.

Son regard presque rieur se planta dans celui de la bretonne.

En plus vous allez rire, encore plus, il se trouve que dans le sud de la France nombreux écorcheurs et routiers se sont rassemblés pour chahuter. Ils sont des proches de la Catalogne et comble du tout la quasi totalité de mes chevaliers sont à porté d’arc. Nous allons franchement gagner du temps pour le début des hostilités non ?

Il s’imbiba un peu de vin et pris la posture la plus relâchée qu’il pouvait pour montrer à quel point il était confiant en sa victoire.

Il va nous falloir prévenir votre époux, il manquerait plus qu’il arrive en Bourgogne sans assez de gardes… Veuve à votre âge avec de si beaux enfants ça serait dommage. Mais rassurez vous je ne toucherai pas vos deux jeunes garçons… du moins si je défais votre époux et le tue, je les garderai près de moi, pour les voir grandir et m’assurer qu’ils ne viendront jamais m’ennuyer.

Il poussa un soupire à fendre l’âme regardant le plafond.

Vous avez vraiment fini par me courroucer moi qui ne voulais que vous plaire. Est-ce vraiment le sentier de la guerre qu’il nous faut prendre ? Fâcheux… Tellement fâcheux.

Il se leva d’un bond et porta encore le verre à ses lèvres.

Il me faut ordonner à mon écuyer d’informer mes gens de guerre, que la Galice nous à déclaré la guerre. Vraiment fâcheux… Moi qui n’aime que la paix.

Il prit une troisième gorgée et tendit son verre utilisé mais contenant encore un peu de vin à la jeune femme.

Vous voulez du vin Blanche ? Parfois ça aide à revoir ses propos et trouver un bon tribut, puisqu’il s’agit de guerre désormais, à offrir afin d’éviter de voir les siens mourir. Je ne serai guère gourmand sur le tribut à me verser si ça peut vous rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Blanche

avatar

Nombre de messages : 15

Personnage
Nom: Blanca da Lua
Titre: Marquise de Gondomar, Baronne de Donges, Dame de Valdecorneja
Résidence: Valladollid

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mar 18 Sep 2012 - 19:39

Les enfants...
Au milieu de tout ce chahut, du vin qui gicle comme le sang, des gifles qui se perdent et des mots qui claquent aussi fort, il y avait... Les enfants. Cet insignifiant détail avait échappé à la castillane d'adoption, quand elle écoutait le monologue intransigeant d'Eusaias. Maintenant qu'il avait fini sa diatribe, que le couperet était tombé d'une façon fatale, et sans doute définitive, lui revenait en mémoire l'innocence encore préservée du second né. Le premier, en effet, avait été envoyé avec une cohorte de gardes au milieu de champs de bataille par son père, pour que cela lui forge le caractère. L'éducation masculine.
Mais Lestan, fils caché d'Aimbaud, avait été plus que couvé étant petit. C'est vers lui instinctivement que les yeux de la mère se posèrent, comme par plus de protection, comme selon une hiérarchie entre les petits mâles. Il fallait le protéger.


Je ne crois pas... que ça soit le sentier de la guerre qu'il faille prendre.

Chaque mot, chaque syllabe comme autant de brûlure sur sa langue. Elle n'était guère capable d'autre chose que de répéter mot pour mot la proposition de trêve qu'il venait de formuler, quand brouillaient dans sa tête de nombreuses insultes, aux deux langages mêlés, pour caractériser son insolence. Elle savait qu'Astaroth se serait emporté et aurait sorti le fer, mais que pouvait-elle, allons, à trente lieues de lui? Avec une grande culpabilité dans l'emportement d'Eusaias, elle n'aurait pas supporté de s'en rendre coupable, non, elle n'aurait pas accepté du tout. La trêve allait être signée, maintenant qu'elle connaissait les limites à ne pas franchir face au roi de Bouillon.

Il la forçait.
Alors elle prit le vin restant, l'avala comme on gobe un remède abject, et le reposa derrière elle sans lever un sourcil, sans bouger, sans craindre non plus. Il la forçait et elle s'étalait comme une inférieure.


Vous n'allez pas partir dans une guerre stupide, parce que j'ai renversé du vin sur votre nez. Vous même disiez qu'il est bien trop gros. C'est une faute partagée.
D'ailleurs, mes fils sont sans doute du même avis que moi. Ils n'en auront perdu aucune miette, et se seront amusés comme nous. N'êtes vous pas d'accord les garçons? Les grandes personnes s'amusent follement.


Elle leur jeta un regard plein d'effroi.

Maman a même un nouvel ami.

Il était peut être temps de déclarer une pause, et d'aller jouer à un autre jeu. Ce joueur-là avait trop tendance à gagner.
Revenir en haut Aller en bas
Eusaias

avatar

Nombre de messages : 22

MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   Mer 19 Sep 2012 - 4:44

Voilà qui est plus sage croyez-moi. Je n’aime point torturer et mutiler les gens, que ce soit sur mes terres ou sur un champ de bataille, même si dois avouer que l’odeur de la peur émanant de mes adversaires est une chose dont je me délecte volontiers. Vraiment cette paix ne sera que meilleur.

De sa manche sèche il essuya son bec avant de recommencer à dévisager la bretonne. Il la trouvait de plus en plus appétissante et il estima sans doute que le chat devait continuer à jouer avec la souris puisqu’il reprit :

Qui a osé dire que mon nez est gros ?

Il arqua un sourcil pour accentuer sa question, alors qu’il entama un petit jeu qu’il aimait beaucoup : Tournoyer autour de sa victime tout en lui causant. Il avait pu remarquer que le stress montait plus vite ainsi et il fallait l’avouer il aimait voir la panique s’installer chez les gens.

Vous parlez de paix et vous vous moquez de mon nez. Dos-je en conclure que vous aimez si peu vos proches, que vous prenez malin plaisir à toujours vouloir me faire rager ? Un nouvel ami disiez-vous… Le mot est joli certes mais encore faut il qu’il soit sincère. Alors que si le mot finissait en « ant » il me serait fort facile de vérifier votre sincérité. Puis entre ami…. On peut bien avoir de petits secrets non ?

Devait-il lui dire que le tribut qu’il lui réclamait pour éviter cette guerre était qu’elle devait s’occuper de ses attributs ? L’avait-elle compris ? Il approcha son museau d’elle et inspira à plein poumon comme pour capter toutes ses odeurs.

Nous passerons donc beaucoup de temps ensemble, c’est le tribut que j’exige pour cette paix que vous semblez désormais vouloir. Je trouve cela fort honnête, ainsi nous pourrons nous « étudier » afin qu’à l’avenir nous nous entendions mieux. Vous apprendrez à m’apprécier, je suis sur que je vous apprécierais également.

Puis il lui souffla à l’oreille

Nous étudierons pour commencer le gout d’un frisson dans votre cou, l’odeur de votre poitrine lorsqu’elle est soulevée par le désir, la douceur de votre regard lorsqu’il s’illumine de plaisir, le bruit de vos baisers et la beauté de notre relation « amicale ».

Puis il reprit position plus distante non sans lâcher un :

Je suis terriblement excité de savoir que je vais pouvoir jouir de la compagnie de ma nouvelle amie.

Les mots avaient été parfaitement choisis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ainsi donc votre époux n'est pas là ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ainsi donc votre époux n'est pas là ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie de Seignelay :: La Baronnie de Seignelay :: Les extérieurs :: Pont - Poste de garde - Cour d'Honneur-
Sauter vers: