AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui

Aller en bas 
AuteurMessage
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 31
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Lun 9 Aoû 2010 - 8:23

[Quelques jours plus tôt - Alençon]

Un voyage à Paris avait fait prendre conscience à la blonde d'Alençon, que cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait eu de nouvelles de son oncle. Bien trop longtemps même à son goût, mais ces derniers temps, entre un mariage célébré à l'insu de sa famille, et son poste de Chancelière qui lui prenait une bonne partie de son temps, la Renarde adorable, avait eu du mal à faire quoi que se soit, et à le faire bien. Alors, parce qu'elle s'inquiétait bien plus qu'elle ne voulait l'admettre, Nabel c'était arrêtée à Mortagne. Désiré était en Alençon, elle le savait, il le lui avait dit, mais depuis son retour d'Anjou, il n'avait pas vu sa nièce. D'une chevauchée rapide, et de quelques jours de voyages, la blonde chancelière arriva donc dans la ville qu'elle détestait le plus, sans aucun doute possible, mais il lui fallait venir, et si elle c'était doutée de ce qui était en train de se passer, sans aucun doute non plus, la Renarde aurait pris le temps de venir bien plus tôt.
Et alors que la demeure de son oncle se rapprochait, le cœur de la belle Appérault de Volvent se serrait de plus en plus. Elle avait tant de choses à lui raconter, tant de péripéties, et tant de questions à lui poser.
De son voyage angevin qu'avait- il ramené ? comment était les angevins d'ailleurs ? surement bons, puisqu'ils avaient mis Della en déroute, bien qu'elle se fut inquiétée tout de même pour sa tante mais elle ne l'avouerait surement jamais ... oui la jeune renarde tenait rancune à sa tante ... et cela n'irait point en s'arrangeant !
Et mettant pied à terre, la blonde laissa Artois, à un jeune garçon, quelques écus, bien trop appréciés dans une Alençon quelque peu désertée.

- Attention à toi jeune homme ! Ce cheval met précieux, prends en soin et tu auras 3 écus à mon retour !

Un sourire, une main passée dans les cheveux du môme, et les quelques pas séparant une nièce de son oncle, furent franchis à grande vitesse, le poing frappa le battant de bois, et la main le poussa, tout sourire, Nabel fait son entrée !

- La plus belle des nièces est là mon Oncle !

Volets clos, lumière sombre, à peine quelques bougies, et l'odeur de souffrance, régnant dans l'air, arrêtèrent net la jeune diplomate.

-
Mon Oncle ?

Et de froncer les sourcils, s'inquiétant de ce qui peut bien se passer, Nabel cherche et trouve rapidement réponse. Une femme, perchée devant elle, arrivée de nul part !
Un geste, une épée tirée et brandie, menaçant l' inconnue.

- Où est mon Oncle manante ! Réponds !

Et le geste de main indique la pièce qu'elle connais comme la chambre de son oncle, l'épée rejoint le fourreau quand une larme coule sur la joue de la femme inconnue, et le pas se presse, le cœur accélère.
Ainsi, donc au porte même de la mort, Nabel ne peut plus rien faire. Sur le pallier de la chambre, la Blonde laisse ses yeux parcourir le corps inerte de son oncle, se poser sur le visage calme de celui qu'elle chérie tant. Et puis la main tendue, le souffle court pour retenir ce qu'elle sent comme une crise de larmes, la renarde adorable s'approche, s'agenouille, et prend la main de son oncle.
Une chaleur envahit la main gauche de Nabel, l'anneau qui orne son annulaire semble semble si froid à côté, tandis que la main droite, se laisse à caresser le visage O combien brûlant d'un oncle tant aimé.
Les lèvres sont serrées, mordues même, et un murmure s'en échappe quand les premières larmes coulent

- Mon Oncle ?
Dieu Tout Puissant ... je vous en conjure... pas ça ...


[Hrp : Désolée une grosse envie de Rp, alors je remonte l'histoire avant !
Est ce que Ljd du Chapelain est dispo pour faire tout le tralala, et l'enterrement ?
Et petit mot ... merci Jd Désiré ... pour les queleques temps passés en ta compagnie ... un plaisir, une joie, et j'espère avoir de tes nouvelles ! merci aussi pour le dernier Rp que tu nous offre !]


Dernière édition par Nabel le Lun 9 Aoû 2010 - 15:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Désiré

avatar

Nombre de messages : 29
Age : 32
Duché/Comté : Duché d'Alencon / Mortagne

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Lun 9 Aoû 2010 - 12:45

Le malheur l'a encore frappé, après avoir subit plusieurs attaques en Alençon. Plusieurs mois de convalescences pour panser les blessures et se remettre sur pied. Désiré avait essayé de chercher des réponses sur ses parents qui s'étaient exilés en Anjou près de la frontière avec la Touraine...

Né d’une alliance entre deux familles, il s’était réveillé un beau matin prêt d’un arbre ne se souvenant de rien. Il avait alors élu domicile à Mortagne alors village paisible et animé d’Alençon.

Se prédisposant à des études de religieux, il passa sa pastorale et se fût baptisé avec pour marraine Nabel, qui n’est nul autre que sa nièce. Approché par un des pair du Royaume de France pour devenir son conseiller en religion, il parti vivre au côté de ce dernier à Saumur. Il cru que ce soit le moyen pour lui de trouver des réponses, mais il n'y trouva rien. Un désaccord entre le Maine et l’Anjou, avait remué le Domaine Royal, Dédé se trouva malgré lui au cœur de l’Anjou et près d’un meneur des mouvements de révoltes Angevines.

Ne partageant pas les même opinion que son mentor, il décida de retourner vers sa nièce chère à son cœur, en Alençon.

Sur le chemin, dans le Maine, il s'était arrêté pour se restaurer et se reposer. Un jour, deux jours, est-ce là que l'on reconnu l’ami d’un Angevin? Le fait est que depuis ce temps, plus un jours se passe sans que l’état du jeune renard se dégrade. Arrivé à bout de souffle à Mortagne, il fut recueilli par une femme aidé de son fils.

Elle prenait soin de lui jusqu’à…

Ce qu'une voix brisa le silence de la demeure, bizarrement endeuillé.

- La plus belle des nièces est là mon Oncle !

- Mon Oncle ?

- Où est mon Oncle manante ! Réponds !


Différents tons prononça ses paroles mais une seule voix. Cette dernière se rapprocha et inquiète prononça ses derniers mots :

- Mon Oncle ?

Désiré reconnu la douceur de la peau et des gestes délicats de sa nièce. Il cru rêver, lui agonisant depuis des jours et des jours.

C’est pas elle, elle ne veux plus revenir à Mortagne… pensa t’il.

Ouvrant les yeux difficilement, avec les dernières forces qu’il lui restait, il vit la petite blonde à son chevet. Il maronna :

Ma chère, pourquoi es tu venue ? Je n’ai pas envie que tu te souvienne de moi comme ça agonisant sur mon lit de mort…

Il toussa grave. Pour se dégager les bronche il se racla la gorge et avala les glaires descendu. En essayant de bouger ses doigt de la main gauche, il sentit une bague à l'annulaire de celle qui l'avait aidée dans les premiers temps de son arrivée à Mortagne. Alors il continua :

Mes félicitation pour ton mariage, je sais maintenant que je peux partir rejoindre le Très Haut car tu es entre de bonnes mains. Je te souhaite d’être heureuse…

Puis en essayant de récupérer du souffle, il susurra à peine perceptible :

J’ai une dernière volonté, si il est possible, je sais que la famille ne me connais pas bien ; mais je désirerais que tu me fasse faire un dernier voyage pour rendre mon dernier souffle à chez nous, dans la tanière des De Volvent…



[en tant que joueur débutant je souhaite vous remercier pour l'accueil que vous m'avez fait...
Della, je sais que tu aurais voulu me voir rester parmi vous, mais des évènements Hrp m'en empêche.
si vous désirez un petit PNJ sur forum annexe je me tiens a votre disposition, je le ferai volontier!
encore merci pour tout
Ce dernier rp est ouvert à tous ceux qui veulent participer!!]
Revenir en haut Aller en bas
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 31
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Lun 9 Aoû 2010 - 14:10

Les yeux scrutaient le visage douloureux d'un oncle bien trop jeune pour déjà s'en aller. Alors que la mâchoire se crispe, les yeux se ferme emplient de douleur et de chagrin, et les larmes coulent.
Oncle si proche, si jeune, peut être pour cela qu'ils s'entendaient si bien. Deux renards alençonnais, perdus, loin de la Renardière, loin de leur Bourgogne d'origine.
Et aujourd'hui, on lui reprochait d'être venu voir cet oncle.
Entre peine et colère, mince est la frontière, et la blonde chancelière ne comprend pas bien ce qui se passe.


Pour...pourquoi ne m'as tu pas fait appeler. J'aurai fait venir un médicastre, je vais le chercher, tout ...

Mais alors que le premier genoux se lève pour aider le corps entier à se redresser, la main du Volvent - Casavicchi bouge, les doigts sentent ce qui lui permet de se dire épouse.
Un sourire triste parcouru alors le visage de Nabel.
Peu importait bien qu'elle fut marier ou enceinte, l'heure n'était point aux réjouissances.


Peu importe le mariage... non ... tu ne partiras pas... tu n'as .. tu ne peux pas !


La fin de la phrase avait était prononcée plus forte, plus ponctuée, comme si la jeune renarde pouvait ainsi défier le Seigneur de lui prendre encore un oncle.
Encore un, et cette fois ci elle était là, elle ne l'apprenais par une lettre.
Cette fois ci ... non rien de tout cela n'était possible et la Blonde ne voulais y croire... pourtant il semblait si mal que le cœur de Nabel en fut touché au plus profond. Le souffle lui manquait, la douleur passer sur son visage, et déjà, celui qui avait presque le même âge semblait avoir vingt années de plus.
Les larmes ne cessèrent pas, la gorge ne se dénoua point, et le cœur resta serré. La tête posée sur le bras de Désiré, les perles s'échouèrent sur la peau, toujours, brûlante, du Renard.
Une requête qu'elle écouta en silence, une requête qu'il serait difficile de satisfaire.

Mon ... tu ne rendras pas ton dernier souffle... pas tout de suite, pas maintenant...
Dans quelques années, quand tu seras vieux, que tu...

Mais comment espérer quand on sait que l'espoir n'existe pas ? Elle le savait, le sentait, la fin était arrivée, et elle douta même que son oncle survécu au voyage.

[ De la l'Alençon à la Bourgogne - Le chemin est long à côté d'un mourant]

Elle avait cédée. Avait fait venir bon nombre de médicastre
s, mais aucun ne lui avait donner la moindre chance de survie. Les poumons étaient atteins, elle n'avait retenu que cela de tous les maux qui rongeaient son oncle au fur et à mesure que les jours passaient.
Un soir elle était rentrée chez elle, avait parlé avec son époux, avait partagé la couche qu'elle partageait trop peu depuis qu'elle veillait sur Désiré, elle avait trouvée refuge dans les bras de son Or, avait oublier sa peine dans ses caresses, et sa douleur dans ses étreintes.
Au petit matin, la voiture avait était attelée, le médicastre avait rejoins les rangs de ceux qui prenait part à ce long voyage.
Un baiser pour son aimé, un départ... Du domaine, à Mortagne, de Mortagne à Beaumont.
Désiré avait était installé comme il se devait, assis, sur la banquette, Nabel était à côté de lui. Les mains enlacées, comme pour ne pas se quitter, la blonde veillait, s'inquiétait quand elle ne le voyait plus bouger, et se faisait rassurer par le médicastre à la première occasion. Il aurait était plus simple de le faire voyager allongé, mais un Renard reste un Renard, et il avait refusé, préférant encore mourir ici.

Les escales furent nombreuses, et le temps bien plus long qu'à l'ordinaire pour parvenir jusqu'à chez eux. Chaque soir, la blonde abandonné son oncle. Le regarder se faire saigner et autres traitements, O combien barbares, ne convenait pas à son estomac.
Mais chaque nuit, elle les passaient à le veiller, main dans la main, au matin, il la réveiller, et ensemble ils repartaient.

Les jours passèrent ainsi, silence était maitre mot, l'un trop épuisé pour tenir une conversation, l'autre trop attristée et concentrée à retenir ses larmes.
La voiture aux armes des Appérault arriva enfin à Beaumont.

- Faites savoir à Mon Seigneur Godeffroy que ça nièce et son cousin sont icy.
Et faites quérir Dame Della au plus vite si elle n'est pas à Beaumont.

Les gardes laissèrent passer la voiture, et toute l'escorte sans aucun problème.

Revenir en haut Aller en bas
Désiré

avatar

Nombre de messages : 29
Age : 32
Duché/Comté : Duché d'Alencon / Mortagne

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Lun 9 Aoû 2010 - 21:39

Le départ se précipita, le carrosse avancé. Le mourant appela la femme qui l’avait recueilli et lui chuchota à l’oreille :

Mon amie, je ne sais pas grand chose de toi, mais le peu que je sais me rempli de joie… Tu à un enfant merveilleux… reprenant son souffle à chaque fin de phrase. Je te lègue ma modeste demeure je sais que c’est peu contrairement a ce que tu as fait pour moi…

Il lui tendit un trousseau de clés et ajouta :

Peux tu aller me chercher la gourde qui est dans le coffre de la cuisine ?

La bienfaitrice exécuta cette demande sans ce soucier de ce quelle contenait. Il cacha la besace dans le véhicule. Ainsi armé il fut prêt à partir

[Sur le long trajet !]

Le contact de sa nièce tout le long du voyage le réconfortait. Le soir quand l’heure de la saignée arrivait, elle le laissa entre les mains du médicastre. Après tous les traitements affligés au corps meurtri, le renard se tordait de douleurs dans tous les sens. Un seul moyen pour lui faire baisser sa douleur avant que sa nièce ne revienne à son chevet… La gourde ! Ce fameux récipient que contenait-il ? Un remède ? Une potion ? Les deux à la fois, elle se vidait au fur et à mesure du chemin parcouru…
Nabel ne se doutait de rien, pensant que son oncle, ne souffrait que peu. Mais sa douleur était caché par l’ivresse. Il n’aurait pas voulu que la politicienne prenne encore plus pitié d’un mourant, il s’enivrait pour dissimuler ce mal… Puis vint le tant de la confession :

Nabel, je regrette de t’avoir laisser seule en Alençon, pardonne-moi j’ai été égoïste pendant un temps… Je le regrette profondément, j’ai failli à ma parole de toujours te protéger et maintenant tu perds pour une deuxième fois un oncle qui t’es cher…

Les yeux de l’homme s’humidifièrent et une cascade apparu sur son visage… Des perles salées apparurent également sur la jolie blonde…

Un soir, en lisière de forêt de chêne, ils s’installèrent pour la nuit. Les traitements dispensés. Il prit la gourde et en tira 3 gouttes. Ce n’était pas suffisant pour tenir la nuit. Les mains entrelacé comme d’habitude pour passer la nuit. La malade commença à trembler. La douleur le fit se tordre de douleur. Des contractions ventriculaires commencèrent à apparaître des reflux de liquide gastrique vert qui s’évacuèrent par les différents orifices de sa figure…. Voyant ce spectacle non réjouissant, la blonde se détourna du regard pour éviter de vomir elle même. Désiré fut emmener par le medicastre près d’un ruisseau non loin pour se laver… Il tremblait, ses jambes ne pouvaient plus le porter. Son état s’aggravait encore.

Le lendemain, nous arrivions à Beaumont, Désiré essayait de se reposer la tête poser sur les genoux de sa marraine. Nabel s’occupa de nous faire annoncer. Enfin la fin d’un calvaire, mais aussi le début d’un autres…
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Mer 11 Aoû 2010 - 8:02

Della était à Beaumont.
Rentrée discrètement de l'Anjou où elle avait tant laissé et tant perdu, elle se refaisait une santé, cachée entre ses murs.

Son retour n'avait pas fait l'objet d'une fête ou de réjouissances, elle ne voulait pas de ça, dans les conditions qu'elle vivait.
Beaumont retourné dans le giron du Duché, elle, blessée et encore affaiblie, à jamais marquée dans sa chair par ces Saletés d'Angevins, et ce don du goût perdu, sans doute à jamais et qu'elle gardait secret...personne ne savait et n'avait à savoir cette déchéance.
Bref, elle vivait en recluse avec pour seul rayon de soleil, l'espoir de revoir bientôt un certain Chambellan qui arrivait à la faire sourire.

L'on frappa à sa porte et on lui annonça qu'une voiture aux armes des Apéro venait de passer les grilles.
Ces gens-là...une colère sans pareille s'empara de la Blonde et elle claqua la porte sur le serviteur qui venait de la prévenir.

De sa fenêtre, elle observa l'arrivée...se demandant qui osait ainsi franchir Beaumont avec ces armes-là !
Sa dernière rencontre avec les Apéro avait été pour refuser une dot à Nabel et par là même, refuser ce mariage ridicule avec un homme de peu de confiance et encore moins d'orgueil et d'honneur.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 31
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Mer 11 Aoû 2010 - 20:12

La voiture était arrivée à destination. Devant elle se dressait la magnifique demeure de la famille Volvent. Un regard par la fenêtre, la blonde sourit avant de baisser le regard sur la tête posée sur ses genoux. Une caresse dans les cheveux de son Oncle fatigué, le voyage avait était dur, long, bien trop long. Un vent de panique parcourut la renarde adorable. Maintenant qu'elle avait menée sa mission à bien, qu'elle avait le ramenée le renard à la renardière, est ce le moment pour lui de quitter la Terre, de laisser son corps. La larme s'échoua dans les cheveux de Désiré, cela faisait bien des jours qu'elle ne cachait plus son chagrin, un lien bien plus fort qu'auparavant c'était créer, et cela serait dur pour la blonde de laisser partir le renard.

Elle se fut attendu à voir son oncle l'attendre sur les marches, mais ce ne fut pas le cas. Della quant à elle, ne devait surement pas être à Beaumont, sinon elle aurait était présente. Ou alors les domestiques étaient vraiment idiots et n'avait pas prévenu les maitres des lieux que la nièce et le cousin étaient là ... à choisir, elle n'en savait rien.

La voiture Appérault s'immobilisa, et la blonde se pencha.

Mon Oncle, nous voici arrivés.

Un regard pour le médicastre qui se tenait en face d'eux, la blonde cherchait réponses aux nombreuses questions posées dans ses yeux.
Avec l'aide de l'homme, elle aida Désiré à se relevé, puis le cocher ouvrit la porte, descendit le marche pieds, et la blonde sortie, profitant des rayons de soleil. Un regard sur la demeure, cherchant signe de vie d'un renard quel qu'il fut.

Reste là Désiré. Je vais essayer de trouver quelqu'un et te faire préparer une chambre.

Un sourire remplit de tristesse, et la blonde tourna les talons, direction la demeure.

Hé toi là bas ! N'y a t-il âme qui vive icilieu ! L'affaire qui m'amène est de la plus haute importance, et ne peut attendre. Aide moi à trouver ton maître ou Della !
Revenir en haut Aller en bas
Désiré

avatar

Nombre de messages : 29
Age : 32
Duché/Comté : Duché d'Alencon / Mortagne

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Jeu 12 Aoû 2010 - 14:47

Agonisant sur la banquette de la carriole, essayant de cacher les traces des saignées quotidiennes présentes sur ses bras, Désiré ne pouvait qu’acquiescer avec le peu de force qu’il lui restait. De nouveau assis il entre-ouvra les yeux pour regarder la façade du domaine familiale dont il n’aura certainement pas le temps de découvrir les moindres recoins, vue le temps que lui accorde le Très Haut. Il lui avait déjà permis de rendre son dernier souffle sur les terres de ses ancêtres…

La blondinette avait tenu parole, mais maintenant elle ameutait tout le monde à la recherche des maîtres des lieux. Les serviteurs s’affairaient à calmer la boule de nerfs à reflet doré qui montait les marches de l’entrée.

L’ allopathe se pencha sur le malade, pour vérifier la respiration constante. Un étourdissement puis le pauvre souffrant, ca vision blanchit, il avait la sensation que la Terre tournait autour de lui. Désiré vacilla de plus en plus et…

Plus de son, plus d’image, Désiré était là, gisant sur le sol de la carriole, allongé inerte…
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Jeu 12 Aoû 2010 - 17:54

Alors qu'elle s'attendait à voir apparaître l'ancêtre des Apero, ce fut Nabel qui sortit de la voiture.
Della souffla !
Ainsi cette...cette nièce osait pénétrer à Beaumont en arborant les écus honnis !
Mais ça ne se passerait pas ainsi !

Ni une ni deux, Della sortit de son bureau et à pas pressés, elle se retrouva bien vite sur le seuil du château, poings aux hanches et regard glacé.

La blonde nièce arrivant devant elle.


Que viens-tu faire ici ?
Fut la phrase d'accueil de la tante à celle qui avait été sa nièce adorée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Nabel

avatar

Nombre de messages : 173
Age : 31
Duché/Comté : Alençon

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Ven 13 Aoû 2010 - 9:07

Un pan de la robe dans la main, la blonde s'apprêtait à grimper les marches qui la séparait de la grande porte de la demeure. Elle n'y avait pas remis les pieds depuis ... depuis Fred, erreur grossière de jeunesse, et elle avait eu du mal à constater que Ma Dame sa Tante et le Vicomte furent devenu amis.
Enfin bon, l'heure n'était point au souvenirs, mais à un sujet bien plus sérieux.
Les choses arrivèrent bien vite, trop vite d'ailleurs !
Alors que les mains agrippaient le premier valet passé là, la blonde se retourna pour voir si son Oncle se portait aussi bien qu'il pouvait, et puis en une fraction de seconde, la tête se retourna pour poser les yeux sur le valet, mais là ... Della !
Outch ça va faire mal !
Un sourire pour sa tante, prête à s'incliner et à faire comme si de rien n'était, mais les mots fussent !
Certes le "bienvenu chez toi" est moi accueillant qu'auparavant mais que voulez vous, les temps avaient changés, la jeune c'était mariée à l'insu de sa tante, et la tante ... ben n'avait pas les opinions que sa nièce, ce qui fait déjà beaucoup !

Le Bonjour ma Tante !

Sourire on ne peut plus hypocrite

Ce que je fais là ? parfait je ne vais pas tourner autour du pot !
Je vous ramène votre cousin, Désiré, qui est fort souffrant...

Et le ton qui était dur, devint bien trop vite emplie de tristesse.

Le médicastre n'a pas un bon avis, et votre Cousin à souhaité venir icilieu

Et les larmes coulèrent, doucement, parce qu'elle le savait il n'y avait pas d'espoirs. Quelques jours au plus, le voyage avait était bien trop éprouvant.
Alors, on lève la tête, le menton haut, le regard défiant,

Mais nous pouvons rentrer en Alençon ...

Si cela est votre désir... la phrase ne fut pas achevée qu'un bruit raisonna dans le dos de la blonde chancelière.
Même pas un regard pour Della, Nabel tourna les talons, la robe remontée, les enjambées furent grandes, la course rapide.
Si le médicastre eut parlé, la blonde n'entendit rien, et rapidement, elle arriva au pieds de la voiture, un regard sur la moitié de Renard qui était par terre, à même les planches de bois !

Désiré !

Un peu perdu la Choupinette, à agresser l'homme de médecine pour un rien !
Se concentrer, se calmer, et écouter, la blonde se retourne, et avise sa blonde de tante.


Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   Ven 13 Aoû 2010 - 10:06

Sotte ! Penses-tu que je vais lai...

La phrase ne fut pas achevée.
Nabel retourna à la voiture.
Il se passait quelque chose de grave.

Oubliant les griefs pour l'heure et ne faisant plus appel qu'à un sens aigu de la famille, la Blonde suivit la Blonde, même allure, même élan, elles se ressemblaient pourtant tant.

Là, la vision de la mort rôdant autour de Désiré serra le coeur de Della qui sans aucune hésitation redevint le chef de la famille.
Avisant le petit personnel maintenant groupé sur les premières marches, accouru au son des voix et de l'agitation, elle lança :

Qu'on le porte dans la chambre du bas !
Et vite !


S'adressant alors à Nabel, en guise d'explication qui lui semblait utile : La chambre du bas est toujours prête, en cas de visite imprévue. Après, il regagnera sa chambre...si Dieu le veut...Les derniers mots furent susurrés, la Blonde n'avait guère d'espoir. Le teint de son cousin était déjà devenu vitreux, la vie le quittait, assurément.

Je vais faire prévenir le Chapelain, les prières ne seront pas inutiles.

Qui est ce médicastre ?

Le regard bleu venait enfin de se poser sur l'homme ou le charlatan, allez savoir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand vient l'heure de la mort, le renard rentre chez lui
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie de Seignelay :: Fief de Beaumont :: Château - Cour, poste de garde et Dependances :: Pont - Poste de garde - Cour d'Honneur-
Sauter vers: