AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Si les vignes te touchent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Si les vignes te touchent...   Jeu 4 Fév 2010 - 7:41

Où donc pouvais-je emmener Theognis sinon sur mon terrain de jeu préféré ?
Les vignes, évidemment !

Les vignes, en hiver, endormies, s'alignaient en autant d'enfilades bien rangées, laissant pour cette fois, apercevoir des pieds forts et épais, prêt à relancer la vie au premier signe printanier.
Un ciel bas, lourd de nuages grisâtres, décrochant de-ci de-là quelques lambeaux de brume, donnait rendez-vous aux rangées disciplinées sur un horizon commun.
Comment imaginer que ces terres abandonnées le temps d'un solstice, reprendraient vie et seraient le lieu de mille et un travaux dès le point du printemps ?
Comment rester indifférent devant cette vie en léthargie qui alimentera tant d'heures de labeur ?
Et comment ne pas remercier le Ciel pour ce don, précieux, inestimable de ce cycle divin à jamais perpétuer ?

C'est là, c'est par là que le Baron devait faire connaissance avec Beaumont.
Coeur battant de ce fief, les vignobles des Renarts, pouvaient être fiers d'eux.


Nous avions quitté la salle de réception depuis quelques minutes à peine que déjà, nous nous trouvions face au vignoble.
Après m'être repue une fois encore de la beauté de l'endroit, mon bras toujours tenant celui de Theognis, j'arrachai mon regard des élancées de vignes pour observer l'homme.

Baron...voici mes vignes. Un simple geste de la main pour appuyer mes paroles...C'est grâce à elles que Beaumont peut s'enorgueillir de sa richesse. Sans elles...ici, il n'y aurait pas grand chose...quelques cultures de blé, peut-être...mais avouez que le "blé de Beaumont", c'est moins joli que le "vin de Beaumont".
Puis, je me tus à nouveau.
Est-ce que l'homme guerrier, amateur de conquêtes en tous genres serait sensible à cette terre ?
Etait-il possible que l'on reste de glace devant ce tableau offert ?
Ressentirait-il le même frémissement que moi, en côtoyant les vignes ?


Malgré moi, je resserrai mon emprise sur le bras de Theognis, voulant sans doute obtenir de lui quelque réaction qui me permettrait de décoder ses pensées...même si je savais très bien que cela était très malpoli...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Theognis

avatar

Nombre de messages : 16

MessageSujet: Re: Si les vignes te touchent...   Mar 9 Fév 2010 - 16:21

Il aimait cette main accrochée à son bras, ces longs doigts fins sur l'étoffe froissée, la chaleur diffuse de ce regard croisant le sien. Il l'écoutait à peine, accordant un sourire poli à des paroles sans saveur, mais il l'observait beaucoup, feignant d'apprécier le paysage pour mieux la connaître.
Elle n'était pas une vigneronne, au sens bourguignon du terme, les joues rouges et la bouille bien ronde, les cuisses larges et les pieds bien plantés dans la terre. La blonde était féline, s'habillait avec recherche et élégance, sentait bon le parfum dans ce cou si délicieux sous les baisers. Son éducation bourgeoise avait préparé sa vie au monde si particulier de la noblesse. Elle voyait en Théo un moyen de parvenir à ses fins, et paradoxalement, cela plaisait beaucoup au Baron. Il aimait les femmes avec du caractère, avec des mystères, rêveuses et ambitieuses.

Elle voulait le fondre au panorama. Qu'il épouse cette terre en plantant son cœur parmi les rangs de vignes. Que le moindre coteau soit l'objet d'une caresse amoureuse, comme elle lui offrirait le moindre de ses désirs. Quand bien même Della ne pourrait satisfaire les extravagances sexuelles du Baron, mais ce dernier n'en demandait pas tant.
Il voulait une épouse bourguignonne, pour la fertilité de la Bourgogne. Elle avait l'amour de la terre, et il aimait cela. Elle avait le gout de la politique, une vision plus haute que la moyenne, le sens des responsabilités. Des beaux petits seins où se brûler la main, aussi.

Théo ferma un instant les yeux. Chasser toute pensée grivoise de son esprit. Certes, il se sentait profondément heureux et la proximité de la guerre dans le Sud stimulait son appétit de chair. Mais garder le contrôle de soi-même, tricoter une phrase autour d'une chose banale, s'intéresser au détail d'une couleur dans le paysage, furent les préoccupations immédiates de sa conscience.


Ce vignoble est très beau en effet, fort bien entretenu....

Le voilà à parler comme un marquis français. Bientôt, il s'intéresserait au temps qui fait, à la migration des oiseaux, au passage des loups....Pourquoi se sentir si fébrile d'un coup? Il avait envie d'intéresser sa future épouse. Envie étrange de la séduire.

Le vin de Beaumont figure-t-il à la table du Duc de Bourgogne? Il régalera les palais de Cosne, mais le château de Dijon serait un couronnement....

Toujours une plaisanterie au coin de ses lèvres ornées d'un sourire. Pourquoi plaisanter?

En tout cas, il est bien meilleur que celui d'Arquian. Peut-être vos gens pourraient-ils apprendre aux miens à cultiver la vigne? En échange, nous avons de très belles écuries à Arquian, j'espère que vous nous ferez l'honneur de choisir vos montures parmi les nôtres. Est-ce que vous savez monter à cheval?

"Si elle voit la question qui traverse mes pupilles comme une étoile filante, elle en sera choquée!" songea le Baron mécontent du contrôle de ses pulsions.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Si les vignes te touchent...   Ven 12 Fév 2010 - 17:04

Le vin de Beaumont a été présent sur la table de son Eminence Ingeburge...Petit sourire en réponse au ton taquin que je devine aisément. J'en suis fière. Clin d'oeil amusé et moqueur, je ne serais pas en reste...
Quoique je me demandai quelle était la signification de l'éclat faisant subitement briller le regard de mon Baron.
Je dus froncer, sans doute, les sourcils, sur cette interrogation muette et passagère, pensant qu'il me faudrait apprendre à décoder ces mimiques, au fil du temps. Comme il apprendrait les miennes, espérais-je.


Mais oui ! Evidemment que je sais monter à cheval ! Répondis-je sur un ton faussement indigné, soulevant doucement les épaules. Tsss...Je ne suis pas en sucre, voyons.
Je souris à Theognis, plongeant mon regard dans le sien, l'espace d'un instant, souhaitant m'y fondre, avant de continuer : Ce sera un honneur que de conseiller vos gens, pour la vigne. Peut-être pourrions-nous même tenter quelques essais de plusieurs raisins...qui sait, cela donnerait peut-être naissance à une cuvée surprenante. Parfois, des saveurs différentes que l'on ne pensait pas pouvoir s'unir, se marient avec bonheur et donnent un résultat inattendu.
Un peu comme vous et moi, me dis-je sans aucune modestie, je l'avoue, mais sans oser prononcer à voix haute, cette pensée.

Portée par ces idées, j'oubliai toute retenue, laissant cette fois, mon regard caresser le visage de Theognis, s'arrêter sur ses traits, sur le dessin de ses lèvres, la courbe de ses joues. La relative solitude de l'endroit me permettait, plus encore qu'entre les murs du petit salon d'Arquian, d'être quelque peu impertinente. Et l'agaçante et délicieuse chaleur qui se jouait de mes reins, à cet instant, fut trahie par le sourire délicat que j'offris au Baron. Penchant un peu la tête vers mon épaule, approchant imperceptiblement mon visage vers lui, je glissai :
Je ferai un tour dans vos écuries, à la prochaine visite à Arquian...J'y trouverais peut-être mon bonheur...la monture idéale, je veux dire. Mon bonheur...l'on verra...
L'attirance que je ressentais pour Theognis, je ne la cacherais plus très longtemps. N'était-ce pas appréciable, au final, de trouver son futur époux, plaisant ? C'est de cette façon que la "Dame bien éduquée" que j'étais se donnerait bonne conscience...Au diable les contraintes ! Une part de défendu ne serait pas à dédaigner. A toute peine, plaisir est bon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Theognis

avatar

Nombre de messages : 16

MessageSujet: Re: Si les vignes te touchent...   Mar 16 Fév 2010 - 17:49

Une main, cette main, tiède encore du coup porté à la joue du vassal somnolent, elle se glisse lentement, précieusement, contre le dos de Della, sous les cheveux blonds, joue avec les plis de sa robe, froisse le tissu, appuie sa paume solide à l'endroit de l'échine, descend jusqu'à la cambrure de ses reins, s'arrête où la décence commence.

La pulpe rose des lèvres de sa belle se caresse des yeux. Contre son nez délicat se presse délicatement le sien, pour mélanger le souffle de leurs voix, sentir le parfum de leurs premiers émois, partager les frissons de chair et les battements de cœur.

Il aime comme elle le manipule. Il l'enveloppe dans ses bras, et se fend d'un sourire, taquin. Elle le manipule comme il la manipule. Le jeu est connu, il est accepté. Il aime cette maturité chez cette femme de dix ans sa cadette. Alliage du cuir et de la soie, du rubis au diamant, de la forêt à la vigne.


Chacun apportera à l'autre, en tout complémentarité.

Nul baiser ne brille sur cette peau nacrée. Soudain s'engouffrant dans son cou, son souffle laisse planer des frissons indécents sur le corps de la future mariée. S'insinuant à l'oreille, il glisse quelques mots impolis.

Un étalon fougueux pourra-t-il faire votre bonheur?

Il n'y a plus de paysage, plus de vignes ni de coteaux, l'hiver n'existe plus et le ciel a fondu dans ses yeux.
Une main, cette main, remonte dans l'or de ses mèches et les coiffe à l'encoche de ses doigts, les décoiffe, les fourrage et les tire un peu en arrière. Le regard du Baron est devenu pépites de Dragon.


Si je meurs, je veux que vous soyez la Bourgogne. La Bourgogne que j'aime, fière, arrogante, libre par la volonté de son intelligence. Si je meurs, je veux que mes rêves se perpétuent en vous, qu'ils étincèlent mieux que je n'ai su les faire briller. Si je meurs, protégez ma mémoire, soyez la gardienne de ma tombe, non pas une pleureuse, mais une femme heureuse d'avoir connu, un temps, l'étreinte du Baron d'Arquian. Maudissez les Levanides, maudissez les impérialistes, soyez bourguignonne et fière de la Bourgogne et de moi....

Les corps enlacés ne peuvent être plus proches, à s'étouffer s'ils ne se nourrissaient de leurs souffles. A peine prononcera-t-elle un oui qu'il happera ses lèvres dans un baiser peu protocolaire. Le bonheur, peu à peu, l'emporte sur la convenance.
Revenir en haut Aller en bas
Della

avatar

Nombre de messages : 1443
Duché/Comté : Bourgogne
Titre(s) : Duchesse de Chartres, Vicomtesse de Montpipeau, Baronne de Seignelay, Dame de Railly et de Bréméan

Personnage
Nom: Della de la Mirandole d'Amahir-Euphor
Titre:
Résidence: Seignelay

MessageSujet: Re: Si les vignes te touchent...   Jeu 18 Fév 2010 - 22:18

Della...Della...Della...Si tu voyais ton regard, tu saurais de quels feux il brille.
Il s'y côtoie des éclats presqu'indécents de gourmandise et d'envie, emmêlés à des pépites de douceur et de tendresse.
Mais le plus beau, belle damoiselle, c'est cette curiosité pour la découverte de ce jeu auquel tu t'adonnes sans réticence.
Le jeu de la séduction, le Baron y joue habillement, tu pourrais t'y laisser prendre. Est-ce ce que tu veux ?


Joue, joue, joue avec moi. Apprends-moi, sois mon maître pour cette initiation où l'un et l'autre apprivoisent les sens pour en jouer, à leur guise.

Theo...murmurais-je lorsque ses bras me prirent, que son souffle vint caresser mon cou, tandis que sa main possessive se promenait sur moi, suivie de ce délicat frémissement maintenant reconnu, tout le long de son parcours. Je ne voulais plus quitter son regard, juste m'y noyer. Mon corps répondant à l'étreinte par une pression incontrôlable de mon être contre celui de l'homme devenu envoûtant.

Tes lèvres, Della, tes lèvres qui dans un sourire abandonné s'entrouvent sans ton accord conscient, invitant à être caressées et savourées. Et si l'on te savait, là, Della, à cet instant même, prête à succomber, qu'en dirait-on ?

Je serai vôtre, Theognis, je serai l'épouse du Dragon, telle que vous la voudrez et sans me nier, par la bénédiction de ma suzeraine...mais ne mourrez pas trop vite, par le Ciel !
Non, surtout ne pas mourir sans m'avoir appris, sans avoir joué, sans m'avoir fait gémir, sans m'avoir donné votre nom.
Sombrer dans la douceur et l'indicible volupté, sans combat et sans regret, juste laisser le temps comme suspendu au bout de lèvres devenant impatientes mais reculant encore peut-être même pour ne pas se toucher, encore. Oublier la décence et les convenances pour boire à la source chantante de la tentation si bien amenée. Se rendre, avec plaisir, vibrant de désir contenu et refoulé jusqu'aux limites encore tenables...Mais sans tout donner, juste appâter et jouer le jeu, jusqu'au bout pour attiser ce qui deviendra peut-être passion sans plus aucune raison.

Si les vignes pouvaient parler, elles raconteraient plus tard, qu'un jour d'hiver, elles ont vu la Renarde Noire fondre comme neige d'hiver au soleil printanier, qu'elles l'ont vue se lover au creux des bras de leur suzerain, calquant son corps au sien, que son regard l'invitait et lui promettait mille bonheurs, que la main fine et blanche caressait le visage proche du sien, se perdait sur les dessins des lignes jusqu'à frôler les lèvres avant de courir sur le cou, se nourrissant de sa chaleur, que sa respiration devenait courte. Mais ce qu'elles ne pourraient pas rapporter, c'est le désir de séduire qui s'emparait de chaque fibre de leur maîtresse...

Le froid ne m'atteindrait jamais plus, la solitude ne serait plus mon envie. Désormais, je prenais le chemin de ce qui pourrait être le bonheur et curieusement, je ne rougissais plus, je ne me cacherais plus non plus...Le jeu en valait la chandelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Si les vignes te touchent...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si les vignes te touchent...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Baronnie de Seignelay :: Fief de Beaumont :: Terres de Beaumont :: Vignoble-
Sauter vers: